Accueil de Roch Kaboré en France : “Il faut dédramatiser la question”, note Alpha Barry

153 0

Le ministre burkinabè des affaires étrangères, Alpha Barry, a réagi sur la RTB Télé par rapport à la polémique qui ne faiblit pas sur l’accueil qui a été réservé au Chef d’Etat burkinabè à son arrivée à Paris. S’il dit comprendre l’indignation des Burkinabè, il en appelle cependant à dédramatiser la question.

Le Président du Faso a été accueilli par l’ambassadeur de France au Burkina. Un crime de “lèse-majesté” selon une bonne partie de l’opinion nationale burkinabè. Le ministre burkinabè des Affaires étrangères Alpha Barry, joint par la RTB, indique qu’il s’agit d’une tradition  française. “En fait dans la tradition française, l’accueil à l’aéroport est quelque chose de simplifié. Soit c’est par l’ambassadeur, soit c’est par un agent du protocole”, dit-il.

L’accueil réservé au président burkinabè n’a donc aucun caractère “particulier”, selon le Chef de la diplomatie burkinabè.


La réaction d’Alpha Barry sur la RTB

RTB


Il étaye cela par des exemples, notamment celui de Blaise Compaoré, qui a été accueilli en 2012 par l’ambassadeur de France au Burkina, Emmanuel Beth, celui de Michel Kafando en mai 2015 accueilli par l’ambassadeur burkinabè Eric Tiaré ou encore celui du président malien Ibrahim Kéita, reçu dans les mêmes conditions.

Autant d’illustrations qui l’amènent à déclarer qu’il “faut dédramatiser la question” et se focaliser plutôt sur l’importance du contenu de la visite. “Si c’est une visite qui est utile pour le pays, il faut la faire”, estime-t-il.

Alpha Barry a néanmoins reconnu que cela ne règlera pas “le problème de fond”. “Le problème de fond, c’est que les Africains ont besoin d’être accueillis comme ils accueillent les autres”, a-t-il affirmé. Un problème qui ne concerne pas que le Burkina, a-t-il ajouté.


Lire aussi▼

Ablassé Ouédraogo: Roch Kaboré aurait dû être « reçu au moins par un ministre »


Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre