Idrissa Nogo: « Isaac Zida est l’objet d’un embrouillamini politico-médiatique »

501 0

L’affaire dite « deal de parcelles », les soupçons de blanchiment d’argent et le décret portant nomination de Isaac Zida comme ambassadeur aux Etats-Unis ont été la charpente de la conférence de presse organisée, ce jeudi 7 avril 2016 par le Mouvement/Plus rien ne sera comme avant (M/PRSCA).


VIDEO

Burkina24


« Isaac Zida est l’objet d’un embrouillamini politico-médiatique », a déclaré le président du Mouvement/Plus rien ne sera comme avant (M/PRSCA), Idrissa Nogo sur les différents soupçons qui pèsent sur l’ancien Premier ministre Isaac Zida.

On ronronne dans les débits de boisson. Des trois sujets abordés lors de cette rencontre, s’agissant de l’affaire dite « deal de parcelles », le M/PRSCA dit attendre que la justice « confirme si Yacouba Isaac Zida a fait entorse aux dispositions de la Constitution et de la Haute cour de justice ». Idrissa Nogo s’insurge du fait que sans que la culpabilité de Isaac Zida « ne soit établie par la justice, on ronronne dans les débits de boisson et les recoins de bureaux ».

En ce qui concerne les « déclarations de soupçons de blanchiment de capitaux », le M/PRSCA expose trois observations. D’abord, « le rapport, explique Idrissa Nogo, ne parle que de ‘’soupçons de blanchiment de capitaux’’. Ni les autorités de la Transition et ni particulièrement Yacouba Isaac Zida ne sont cités formellement dans ces supposés transferts et versements douteux d’argent ».

L’Ivoirien Blaise Compaoré. Ensuite, note le président du M/PRSCA, « l’enquête parle à la fois de blanchiment de capitaux et de financement de terrorisme ». Le mouvement argue alors que « les supposés auteurs » des mouvements de capitaux « suspects » peuvent être à la fois les autorités de la Transition et « les anciens patrons du gouvernement de l’Ivoirien Blaise Compaoré ».  

La dernière observation, constate le M/PRSCA, à propos des « déclarations de soupçons de blanchiment de capitaux » c’est son « incompréhension » du fait que les « gens trépignent d’impatience d’en découdre avec Yacouba Isaac Zida » alors que, affirme Idrissa Nogo, le gouvernement de Roch Kaboré a annoncé le 10 mars 2016 que la lumière sera faite sur ces soupçons.

Les Burkinabè sont-ils amnésiques ? Le troisième point abordé par le M/PRSCA est relatif à l’annulation de décret portant nomination de Isaac Zida comme ambassadeur aux Etats-Unis. A ce propos, « les gens sont allés vite en besogne » estime Idrissa Nogo. « Les Burkinabè sont-ils amnésiques ou sont-ils de mauvaise foi ? », s’est interrogé le président du M/PRSCA. « Rappelez-vous que Yacouba Isaac Zida lui-même avait dit être en attente de confirmation ou d’infirmation de sa nomination par les nouvelles autorités démocratiquement élues », précise-t-il.

Du retour au Burkina de l’ancien Premier ministre, le M/PRSCA est resté évasif, se contentant d’affirmer que seul Issac Zida serait à même de répondre au pourquoi de son non-retour.

Des trois sujets abordés, le Mouvement/Plus rien ne sera comme avant (M/PRSCA) tire sa conclusion : « cette morgue de reproches en dénonciation calomnieuse faits à l’ancien Premier ministre cache une haine viscérale et une détermination obsessionnelle que nourrissent et continuent de nourrir, les anciens barons de la IVe République ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *