France: De quoi Roch Kaboré et ses compatriotes ont parlé ?

562 0

Visite du Président KABORE à l'ambassade du Burkina à ParisLe Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a terminé sa visite officielle par une rencontre d’échange avec la communauté burkinabé vivant en France le 7 avril 2016. Les échanges ont commencé avec le Ditanyè puis le zom-kom de bienvenue servi au Président du Faso.

Prenant la parole, le Président Kaboré a d’abord remercié les Burkinabè pour leur  forte mobilisation un jour ouvrable. Il a poursuivi son allocution par un tour d’horizon sur la situation nationale en ce jour marquant les 100 jours de son arrivée au pouvoir. L’objectif de l’état est premièrement de travailler améliorer les recettes et deuxièmement de suivre et rationaliser l’utilisation des ressources de l’Etat avec pour objectif de croissance de 7,7 est envisagé pour cette année.

Economique et social: Sur ce plan, et de l’aveu du Président, le pouvoir en place a découvert à son arrivée une économie complètement en difficulté et sinistrée par les différents événements successifs qu’a connus le Burkina Faso. L’une des plus marquantes est l’adoption du budget de l’Etat par le CNT sortant, d’où la nécessité d’une loi de finance rectificative  qui va être débattue lors de la session parlementaire en cours.

L’objectif ce cette loi de finance rectificative est de palier aux urgences avec une mise en route effective en 2017 du programme du candidat désormais Président.

Les urgences qui seront entre autres prises en compte seront par exemple la réforme de l’enseignement en priorisant l’enseignement professionnel, la construction d’ici fin 2016 de 1000 établissements afin de remplacer 1000 établissement sous paillotes. Dans le but de faciliter l’accessibilité à l’eau, 1100 forages seront fait à travers les villages en 2016 avec pour objectif final : 1 village, 1 forage au moins.

Santé : Depuis le 2 avril dernier, des régions testent la décision de gratuité de la césarienne, de l’accouchement et des traitements pour les enfants de moins de 5 ans. Il s’agit d’une vision stratégique visant à inscrire dans la durée ces mesures pour réduire les taux de mortalité. De plus, des négociations sont en cours déjà pour la création d’un centre de cancérologie.

Visite du Président KABORE à ParisLa jeunesse : Pour l’employabilité des jeunes un organisme est mis en place afin d’assurer le suivi des fonds qui sont et seront mis à leur disposition pour leurs projets.

Aussi, plus de 4000 postes sont en cours de recrutement dans la jeunesse pour le compte du ministère de l’éducation. De plus, des bourses d’excellences pour le 3eme cycle seront prévues et  actuellement l’Etat a lancé formation de 35 personnes dans différentes spécialités de la médecine. Dans chaque village, 2 personnes (des jeunes) seront formées pour sensibiliser les populations contre les maladies.

Infrastructure : Un fonds routier de 3eme génération est en place pour l’entretien des routes et pistes à travers le pays. En favorisant les partenariats publics privés, cela permettra de meilleurs investissements. C’est en cela que la rencontre avec le MEDEF est importante et qu’une délégation est annoncée pour bientôt au Burkina.

Ensuite,  une option a été fermement prise pour l’énergie solaire. L’augmentation des capacités énergétique à travers le solaire dans les villages sera possible et à moindre coup. Alors ce secteur devient un secteur potentiel d’emploi.

Sécurité : Au sujet des koglweogo, le Président et le Ministre de l’administration territoriale, Simon Compaoré, ont fait la genèse de la naissance de ces groupes d’auto-défense. Tout en reconnaissant les problèmes de sécurité qui les ont engendrés, le Président s’est dit pragmatique en acceptant la participation de ces koglweogo dans la lutte contre l’insécurité mais restera ferme si des actes contraires aux droits humains étaient commis car force doit rester à la loi.

Pour ce qui est des incidents de Fada, des passerelles de discussion ont été créées. Ce qui a permis de les résoudre. Résumant la situation, le ministre Compaoré  dira ceci : « Nous avons eu une main de fer dans un gant de velours ».

Justice : Le Président Kaboré a rappelé à l’assistance, l’indépendance effective de la justice avec notamment la mise en place du dernier pacte pour la justice où aucun membre de l’exécutif ne fait partie du Conseil supérieur de la magistrature. C’est pour cela que le Président a demandé à la justice militaire de tenir informées directement les populations le plus souvent possible.

Par ailleurs, il a espoir que les affaires comme celle concernant le Président Thomas Sankara et le putsch de septembre connaîtront rapidement un procès. Concernant l’ancien premier ministre Zida, le Président Kaboré a signalé que la date de fin de permission de l’ancien premier ministre était prévue pour le 19 Févier dernier et non le 20 mars comme annoncé précédemment.

De plus, un audit commandé par l’ex-Président Kafando à sa prise de fonction a mis en cause la gestion de plusieurs personnes de la Présidence dont l’ex-Premier ministre Zida. Ce dernier ayant rendu son mémoire d’explication depuis l’Amérique du nord a été transmis à l’ASCE par l’administration Kaboré. Reste alors à l’ASCE d’évaluer ces explications et d’en tirer les conséquences en saisissant la justice ou non.

HDLC

Correspondant Burkina 24 en France



Hubert DeLorenzo COMPAORE

Correspondant de Burkina 24 en France

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *