Clément Sawadogo : « Si j’avais la possibilité de mettre fin rapidement aux épreuves de psychotechnique, je le ferai ! »

1022 0

Le bilan de l’organisation des concours de la session de 2015, les informations relatives à la session des concours de 2016 et les dispositifs pris pour envisager une bonne session des concours pour cette année étaient les points à l’ordre du jour de la conférence de presse organisée par le Ministre de la fonction publique, Clément Sawadogo ce vendredi 15 avril 2016.

Sur l’ensemble des concours organisés en 2015, le ministère de la fonction publique note que « sur 335 concours ouverts, 71 8029 candidats ont été enregistrés ». En outre, il y avait un total de 20 494 postes à pourvoir et 15 773 postes ont été pourvus. A noter également que 12 concours ont été entachés de fraude.

Pour la session de 2016, le ministre de la fonction publique a informé que 4 588 postes sont à pourvoir pour les concours professionnels contre 4 211 en 2015, soit un accroissement de 9%. Pour les concours directs, il y a 11 537 postes à pourvoir contre 9 773 en 2015, soit une progression de 18%. Seront ajoutés, les 787 postes des 12 concours annulés en 2015.  

Recrutement des 4 200 enseignants. Et enfin, les concours sur mesures nouvelles seront organisés pour 7 917 postes contre 6 510 en 2015. Le budget alloué à l’organisation est de 1 17 500 000 F CFA. Une précision a été faite par le ministre : la mesure de recrutement des 4 200 enseignants au profit du ministère de l’enseignement ne fait pas partie des concours de la session 2016. Ainsi, les candidats peuvent participer à cette dernière, rassure Clément Sawadogo.

La session de 2016 connaîtra des innovations. Au total, le nombre de concours dont les inscriptions se font en ligne passera de 1 à 10. Cela, explique Clément Sawadogo, vise « à réduire la peine des candidats pendant les dépôts de dossiers ». L’année passée, seules les inscriptions au concours de la magistrature pouvaient se faire en ligne. 

Sont concernés, les concours suivants : la magistrature, conseillers des affaires étrangères, des inspecteurs des eaux et forêts, conseillers en gestion des ressources humaines, des inspecteurs du travail, des conservateurs d’archives, ENAREF cycle A, des inspecteurs de douanes, conseillers des affaires économiques, enfin, celui des administrateurs civils.

Epreuves de psychotechnique. Le ministre de la fonction publique a annoncé des mesures de renforcement du dispositif anti-fraude en relation avec les services de la police et de la gendarmerie. En sus, le dispositif institutionnel est « en train de se mettre à jour », note Clément Sawadogo.

A quand la fin des épreuves de psychotechnique ? En réponse, le ministre de la fonction publique concède d’abord que « c’est une méthodologie qui est discutable » avant d’affirmer : « si j’avais la possibilité d’y mettre fin rapidement, je le ferai ! ». Mais, relativise-t-il, « si vous passez aux épreuves classiques, il faut prévoir des milliards pour l’organisation. Ce n’est pas une mince affaire ».

A l’issue de la session des concours de 2016, Clément Sawadogo prévoit engager une nouvelle réflexion pour voir si ce système sera maintenu ou pas.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *