Bénin : Patrice Talon commence le néttoyage

518 0

Le nouveau Président élu du Bénin, Patrice Talon, semble avoir annoncé les couleurs de la rupture promise au cours de la campagne présidentielle. Ainsi, à la faveur de son premier Conseil des ministres qu’il a présidé le mercredi 23 avril dernier, une vingtaine de décrets signés par son prédécesseur Thomas Boni Yayi ont été purement et simplement abrogés.

Les décrets marqués au stylo rouge par le nouveau Chef de l’Etat béninois visent notamment celui relatif aux primes accordées aux directeurs de cabinet des ministères, secrétaires généraux et adjoints, les décrets d’application portant sur le statut spécial des personnels des forces de sécurité publiques et assimilées notamment, le décret portant sur le règlement des habillements et des attributs du personnel des douanes, et le décret portant sur les statuts particuliers des corps et personnels de l’administration des douanes et droits indirects.  Tout avait donc été signé par Thomas Boni Yayi à quelques semaines seulement de la fin de son mandat.

En plus des décrets annulés, Patrice Talon a procédé, selon le communiqué de ce premier conseil des ministres, à la suspension de « la procédure d’engagement dans la fonction publique, des agents recrutés à l’occasion des concours organisés depuis le 1er janvier 2015 dans tous les corps de l’État. Il a en outre décidé du gel de tous les recrutements dont le processus est en cours ».

La suspension de ces concours intervient au moment où des soupçons de fraudes ont entouré leur organisation. Aussitôt, des concernés ont manifesté leur mécontentement devant la présidence béninoise.

A l’abrogation des décrets et l’annulation de ces concours, s’ajoute également la suspension des nominations et des affectations totales intervenues dans les postes diplomatiques depuis le 31 mars 2016 et la nomination à la Cour de Justice de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) intervenue au cours du Conseil des ministres du 26 mars 2016.

Des audits des postes diplomatiques de Paris et Washington sont annoncés.

Patrice Talon a, enfin, demandé à ses ministres de s’acquitter de leur obligation constitutionnelle de déclaration de leur patrimoine “dans les plus brefs délais”.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source: Jeune Afrique



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *