Loi 081 : Les délégués syndicaux recommandent une grève générale

233 4

Les délégués syndicaux et du personnel du Kadiogo, réunis dans le cadre d’une Assemblée générale à la bourse du travail de Ouagadougou, ce vendredi 15 avril 2016, ont demandé à leur structure faitière, l’Union d’action syndicale (UAS) d’envisager une grève générale pour exiger du gouvernement l’examen diligent de leurs préoccupations.

L’attitude du gouvernement burkinabè dans le traitement des préoccupations des travailleurs n’est pas du goût des  délégués syndicaux et des délégués du personnel.

Si certains reprochent aux dirigeants la lenteur dans leur action à aller vers l’application des engagements  pris vis-à-vis des travailleurs, les plus sceptiques les accusent de trainer intentionnellement le pas.

« Ils savent qu’après les élections municipales et les examens de fin d’année, il n’y a plus tellement d’enjeu », a laissé entendre un délégué, lors de l’Assemblée générale.

Des propos d’autres intervenants, il ressort que le gouvernement ne sert que du « dilatoire » aux travailleurs, en retardant la mise en œuvre de ses engagements, notamment l’application de la loi 081 portant statut général de la fonction publique.

 Dans le privé également, ont confié certains,  les difficultés des travailleurs ne sont pas des moindres à cause des nombreux manquements relevés dans l’action du patronat.

Cela dit, pour changer la donne, la majorité des délégués dans leur  intervention, ont suggéré une « action commune » et « une grève générale », impliquant les acteurs du public comme du privé.

Selon le président de mois des Centrales syndicales, Augustin Blaise Hien, la parole qui est donnée aux délégués était un exercice nécessaire, car dit-il, après les rencontres tenues avec les membres du gouvernement, c’est un  « devoir moral, une obligation », pour les secrétaires généraux,  « de revenir vers la base pour leur expliquer la situation », mais aussi « convenir des actions à mener et des tâches à exécuter ».

Et en réponse à la suggestion des délégués, il a confié que  les secrétaires généraux  ne peuvent trahir la volonté de ceux qui leur ont assigné leur mission.

Mais avant d’envisager toute action, a-t-il relevé, tous les secrétaires généraux vont se retrouver « pour prendre la décision qui convient à la situation des travailleurs ».

Une conférence de presse sera tenue le mardi 19 avril pour rendre compte des actions qui seront entreprises, a-t-il fait savoir.

Mamady Zango (Stagiaire)

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre