Côte d’Ivoire : Le Haut Conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire est né

854 0

Le Haut Conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire (HCBCI) a été porté sur les fonts baptismaux et  présenté à la presse nationale et internationale le samedi 16 avril dernier au « Café Téré » de Williamsville dans la commune d’Adjamé à Abidjan. Présidé par Salif Kouba, le Haut Conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire s’est assigné la mission de bâtir la réconciliation, l’union et le développement au sein de la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire.

Au cours de la conférence de presse annonçant la création et le lancement des activités du Haut Conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire, Issa Bamba, vice-président du HCBCI en charge de l’organisation, a expliqué aux journalistes présents l’opportunité de la mise en place de cette nouvelle organisation de la société civile de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire.

Selon  lui, la société civile de la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire est profondément divisée et il était nécessaire de créer une instance suprême  qui lui servirait de porte-voix auprès des autorités ivoiriennes, des autorités diplomatiques, consulaires en Côte d’Ivoire et étatiques au Burkina Faso.

« Les communautés maliennes, nigériennes et bien d’autres ont un haut conseil. Mais nous burkinabè nous n’en disposons pas. Il fallait combler ce vide pour davantage répondre aux préoccupations de nos ressortissants. », a justifié Issa Bamba.

Perçu comme une OSC de trop dans la communauté burkinabè en Côte d’Ivoire,  les premiers responsables du Haut Conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire se sont défendus avoir la caution et la bénédiction des autorités consulaires et la grande majorité de mouvements burkinabè en Côte d’Ivoire.

A la tête du Haut Conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire, Salif Kouba, opérateur économique, a été présenté comme étant un pur produit de la société civile car avant la mise sur pied de cette nouvelle organisation, il reste également le président-fondateur de trois structures, l’Association des Burkinabè pour la réconciliation, en 2010, l’Association des burkinabè et Ivoiriens pour la réconciliation, en 2011 et la Fédération Ouest Africaine pour la réconciliation et le Développement, en 2013.

Le Haut Conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire créé en 2016 entend faire de la réconciliation, l’union et le développement ses raisons d’exister. Plusieurs activités sont annoncées pour le bien-être des Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *