Culture : Le SYNATRACT réclame de meilleures conditions de travail

686 0

Le Syndicat national des travailleurs de la culture et du tourisme (SYNATRACT) hausse le ton. Les dernières nominations en conseil des ministres du 13 avril 2016 et des conditions de travail jugées de « l’époque Blaise Compaoré »  constituent la goutte d’eau qui aurait fait déborder le vase.

La rencontre avec la presse ce mardi 19 avril 2016 a été une occasion de présenter la plate-forme minimale du syndicat. Elle se résume en des points réclamant de meilleures conditions de travail et dénonce la nomination des huit directeurs provinciaux lors du conseil des ministres du 13 avril dernier.

 Le SYNATRACT dit constater une contradiction liée à ces nominations pour lesquelles 7 enseignants et un secrétaire administratif ont été désignés. Le SYNATRACT dit «constater aucun point de satisfaction de leur plateforme revendicative depuis l’arrivée du nouveau ministre ».

Pour son secrétaire général, Lamine Ouédraogo, « il y a un rétropédalage marqué par une politisation de l’administration culturelle et touristique et une non responsabilisation des agents du ministère formés pour servir au bon fonctionnement de ce département».

Les cinq points cités dans la plateforme minimale visent une amélioration des conditions de travail et de sécurité des agents du ministère et une augmentation du nombre de places à pourvoir aux concours professionnels.

Ils demandent aussi de permettre l’accès rapide de crédits délégués aux directions régionales de la culture des arts et du tourisme et la nomination d’attachés culturels touristiques dans les représentations diplomatiques du Burkina Faso. Le dernier point est relatif aux indemnités vestimentaires que les agents réclament en vue de participer à la promotion du savoir local.

Mariam Ouédraogo (stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *