MAIMA veut mondialiser le textile africain

568 0

L’Association des designers pour le développement, un groupe de jeunes stylistes burkinabè, organise la deuxième édition du Marché international de la mode africaine (MAIMA), du 26 avril au 1er mai 2016, a annoncé le comité de pilotage ce mardi 19 avril 2016.

Cette rencontre se tiendra  au Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), sur le thème « Mise en valeur du textile africain pour l’épanouissement des artisans ».

L’édition 2016 du MAIMA sera particulièrement caractérisée par « la participation des stylistes de  la Côte d’Ivoire, du Togo, du Sénégal et de la Centrafrique », a indiqué le responsable événementiel, Hamidou Cissé.

Le programme  prévoit durant les six jours, des expositions vente, des prestations d’artistes, des défilés et une remise de certificat de reconnaissance aux participants, a-t-il ajouté.

Revenant spécifiquement sur le défilé de clôture qui se tiendra le samedi 30 avril, Hamidou Cissé a assuré que l’événement sera grandiose.

« Je puis affirmer qu’il sera exceptionnel surtout avec la participation des stylistes étrangers », a-t-il dit. Et de renchérir : « le droit d’entrée a été revu à un prix social de 1000 F CFA et les tenues qui seront présentées seront des prêts à porter et pourront être disponibles après le défilé pour ceux qui le voudront ».

Au niveau sécuritaire, le comité d’organisation a indiqué que des dispositions ont été prises pour protéger les personnes et les biens.

Des responsables en charge de la sécurité du public comme du privé ont été contactés à cet effet, a confié Benjamin Kombelemsigri, responsable de la Logistique. « Il y aura des agents qui vont garder les stands à partir du soir jusqu’au matin », a-t-il rassuré.

Destiné à faire la promotion du textile africain en particulier ‘’le Faso danfani’’, MAIMA est « une vitrine qui se fixe pour objectif de couvrir tout le territoire national, l’Afrique et le monde entier », a laissé entendre le président de l’ADD, Moussa Sambaré.

Il ambitionne aussi « faire du textile africain, le textile le plus prisé en Afrique et partout dans le monde », a-t-il relevé, non sans ajouter que cela n’est pas une utopie, pour peu que l’ADD puisse bénéficier du soutien des premières autorités du pays, de tous les Burkinabè et des partenaires financiers.

Pour ce faire, le comité d’organisation a invité les populations à s’approprier, d’ores et déjà,  des stands, mis à leur disposition.

L’édition 2016 de MAIMA est coparrainée par deux stylistes de renom burkinabè dont le « célèbre » Pathéo, a fait savoir le président de l’ADD, Moussa Sambaré.

La première édition, elle, avait eu lieu au SIAO du 28 au 30 mai 2015.

Mamady Zango

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *