Sondage : Les Burkinabè font plus confiance aux Forces armées qu’aux partis politiques

540 0

Les Burkinabè ont plus confiance en leurs Forces de défense  et de sécurité (FDS) qu’aux syndicats. Confiance, qui est moindre dans le cas des OSC, du gouvernement, de l’Assemblée nationale, des mairies mais aussi et surtout en la justice et aux partis politiques. Ils ont aussi une « mauvaise » perception des troupes étrangères présentes sur le territoire national. Ce sont les conclusions d’une enquête menée par le groupe de réflexion Burkina International. Les résultats ont été présentés ce vendredi 22 avril 2016.

Les 3 mois de gouvernance du Président Kaboré continuent de susciter des enquêtes. Enquêtes que voit d’un bon œil le ministre de la communication Rémis Dandjinou. « Intéressants », c’est ainsi qu’il a décrit les sondages réalisés par le think tank Burkina International et la CODEL.

« Ils donnent de connaître le sentiment, les perceptions que les Burkinabè ont sur l’action gouvernementale », a dit le ministre. L’enquête de Burkina International a duré du 9 au 11 avril 2016 avec un échantillon de 1200 sondés.

Les Burkinabè ont confiance aux FDS

Participants à la restitution des résultats
Participants à la restitution des résultats

Sur une échelle de 10, le niveau de confiance des Burkinabè en leurs Forces de défense et de sécurité se situent  à 6,4. Vient ensuite les syndicats avec une note de 6,1. Ces deux organisations sont suivies par les organisations de la société civile (OSC) avec 5,7, le gouvernement (5,5), le parlement (5,4), les mairies (5,1).

Quant à la justice et aux partis politiques, ces deux composantes se retrouvent avec un score inférieur à la moyenne. Elles obtiennent respectivement 4,5 et 4,0.  Se prononçant sur la question, le ministre de la communication Rémis Dandjinou a invoqué la séparation des pouvoirs.

Il a indiqué qu’« aujourd’hui, c’est à la justice à travers son conseil supérieur de la magistrature de jouer son rôle. Le gouvernement n’a pas à interférer, n’a pas le droit et ne le fera pas dans tout ce qui est question de justice ».

Shérif Sy rend hommage à Arba Diallo

Interrogés sur leurs conditions de vie, il est ressorti que c’est à Dori que les populations estiment avoir de « bonnes » conditions de vie avec  une note située juste au-dessus de la moyenne, c’est-à-dire 5,6/10. Une perception que Shérif Sy, Président du CNT d’alors juge fondée.

Burkin24

Shérif Sy salue l’oeuvre de Arba Diallo

Il a ainsi rendu hommage au défunt maire Arba Diallo, qui a donné de sa vie pour faire de la ville ce qu’elle est aujourd’hui. « C’est ceux de Dori qui doivent se réjouir, parce qu’ils ont eu un maire qui a fait des choses inouïes dans cette ville. Cela ne s’est fait nulle part au Burkina Faso », a déclaré Shérif Sy.

Présence de forces militaires étrangères au Burkina

L’enquête réalisée par le groupe d’experts et de  réflexion informe que la présence de militaires sur le territoire burkinabè est mal perçue, notamment l’arrivée prévue d’éléments de la gendarmerie nationale française issus du GIGN.

L’armée américaine écope de la plus forte note (en deçà de la moyenne) avec 4,9. Vient ensuite celle française avec 4,4 suivie par le GIGN (dont la venue fait couler de l’encre) avec une note de 4,0.  D’où la conclusion de Judicaël Bemahoun, directeur exécutif de Burkina International : « il y a une mauvaise perception quant à la présence des forces armées étrangères au Burkina Faso ».

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *