Bobo-Dioulasso : Saisie de 6 millions de F CFA de produits périmés et prohibés

646 0

Les agents du volet contrôle économique de la répression des fraudes de la Direction régionale du Ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat des Hauts-Bassins (MICA), ont présenté à la presse des marchandises et produits périmés et prohibés, ce vendredi 29 avril 2016 à Bobo-Dioulasso.

Les produits saisis chez des opérateurs économiques de la ville sont constitués de boissons énergisantes de marque « Jack Wrestler », de riz, de beurre alimentaire, de boites de sardines, du lait tous périmés et d’autres produits prohibés tels que des pétards, des piles, des pneus, des fils de laine et des médicaments.

La laine n'a pas échappé au contrôle
La laine n’a pas échappé à la saisie

Pour Amadou Zongo, chef de service contrôle économique de la répression des fraudes, les produits saisis ont un coût estimé à 6 millions de F CFA. Il a ajouté qu’ils proviennent de la Chine et de la Turquie. « Nous faisons des saisies auprès des détaillants, et ce sont des gens qui partent acheter auprès des grossistes et demi-grossistes. Donc ils ne peuvent pas nous dire la provenance. Mais la plupart des produits viennent de la Chine, la Turquie », explique-t-il.

Ces cartons de boites de conserves font partie des produits saisis
Ces cartons de boites de conserves font partie des produits saisis

L’opération de saisie de ces produits se situe dans le cadre d’une politique  sectorielle adoptée par le MICA. Pour Abdoul Kadri Koura, chef de service commerce,  assurant l’intérim du Directeur régional du commerce, c’est suite à cela que le volet contrôle effectue des contrôles réguliers depuis 2011.

Une vue des pneus saisis
Une vue des pneus saisis

« Ces produits ont été saisis en ville aux environs du stade Omnisport Sangoulé Lamizana de Bobo-Dioulasso, dans le magasin d’un opérateur de la place. C’est au total, 450 paquets de produits dont la date de la péremption est déjà écoulée », a révélé Abdoul Koura.

Il a avancé que lorsque ces produits sont saisis, il est demandé à ce que l’opérateur mis en cause vienne s’expliquer. « C’est au cours de ces échanges que nos services pourront justement déterminer quelle est l’étendue de l’infraction », a-t-il précisé.

Pour les agents du volet contrôle, il y aura d’autres descentes sur le terrain pour continuer le travail de contrôle afin de minimiser ce fléau. Quant aux produits saisis, le chef de service commerce a assuré qu’ils seront détruits.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *