Arrestation de Me Mamadou Traoré : Laurent Poda répond aux bâtonniers de la conférence des barreaux des Etats membres de l’UEMOA

486 0

Suite à l’inculpation et à l’incarcération de Me Mamadou Traoré, ancien Bâtonnier de l’ordre des avocats du Burkina Faso dans le cadre de l’instruction du dossier Commissaire du Gouvernement contre Diendéré Gilbert et autres, le Procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou, Laurent Poda a animé une conférence de presse ce mercredi 4 mai 2016.

A la suite de l’incarcération de Me Mamadou Traoré, les bâtonniers de la conférence des barreaux des Etats membres de l’UEMOA ont, le 1er mai dernier, affirmé lors d’une conférence de presse que « les autorités judiciaires burkinabè, qui abritent le siège de l’UEMOA, passent de violation en violation » en ce qui concerne le dossier Mamadou Traoré. C’est ce qui justifie la sortie médiatique de Laurent Poda, Procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou.

Laurent Poda a fait remarquer « qu’il n’y a aucun lien hiérarchique entre ces deux juridictions » (la Cour d’appel et le Tribunal militaire, ndlr). Le tribunal militaire est une juridiction d’exception qui a ses compétences et qui a son organisation propre, explique-t-il. « La Cour d’appel ne connait pas des dossiers qui relèvent du Tribunal militaire », poursuit Laurent Poda.

Ainsi, note-t-il, « je ne pouvais satisfaire à la requête du Bâtonnier qui sollicitait de moi la communication des éléments de faits qui incriminent Me Traoré ».


Extrait du courrier n°16-044/TMO/CAB.1 du 29 mars 2016 envoyé par le doyen des juges d’instruction du Tribunal militaire au Procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou

« De l’instruction du dossier Commissaire du Gouvernement C/DIENDERE Gilbert et autres poursuivis devant notre juridiction pour attentat à la sûreté de l’Etat et plusieurs autres infractions commises le 16 septembre et suivant à Ouagadougou, il appert (c’est-à-dire qu’il résulte) des indices graves et concordants susceptibles de motiver  l’inculpation de maître Traoré Mamadou, Avocat à la Cour, ancien Bâtonnier de l’ordre des Avocats du Burkina Faso, pour attentat à la sûreté de l’Etat, association de malfaiteurs, complicité d’enlèvement et de séquestration, complicité d’actes de terrorisme, complicité de crime contre l’humanité, complicité de meurtre, complicité de coups et blessures volontaires, complicité de dégradation volontaire aggravée de biens, ensemble et de concert avec Diendéré et autres ».


Le Procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou révèle également que la requête du Bâtonnier, Mamadou Savadogo, qui demandait au « Procureur général de plaider auprès du doyen des juges d’instruction pour qu’au cas où Me Mamadou Traoré venait à être inculpé, qu’il ne soit pas mis sous mandat de dépôt » a été transmis au doyen. Mais note Laurent Poda, « je lui ai fait savoir mon opinion sur l’indépendance du juge lorsque celui-ci est saisi d’un dossier ».

Laurent Poda affirme que son action a été guidée d’une part par le respect de la légalité, précisément l’alinéa 2 de l’article 6 du Règlement UEMOA qui l’oblige « simplement à consulter le Bâtonnier » sans toutefois que la réponse de ce dernier ne puisse lier la décision du Procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou.

« Lorsqu’un citoyen est mis en cause, l’utilité et la nécessité de s’expliquer devant la justice, commandent qu’il y réponde et cela, quelle que soit sa qualité », explique Laurent Poda. L’interpellation de Me Traoré peut-il être liée à sa fonction d’avocat ?

Sur cette question, le Procureur général près la Cour d’appel de Ouagadougou est catégorique : « Me Traoré est poursuivi pour attentat à la sûreté de l’Etat, association de malfaiteurs, complicité d’enlèvement et de séquestration, complicité d’actes de terrorisme, complicité de crime contre l’humanité. Il est clair que cela n’a rien à voir avec sa fonction. On ne peut pas être plus clair que ça ».

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *