Dédougou : Les gendarmes envisageraient de libérer les détenus

446 2

A Dédougou, dans la Boucle du Mouhoun, les éléments de la Gendarmerie nationale envisageraient de libérer les prévenus qui sont gardés à vue dans leurs locaux. Cette éventualité est évoquée par les gendarmes en raison de la manifestation des populations de la ville le 3 mai 2016 après le décès d’un prévenu. Mais le service de la communication de la gendarmerie dément ces informations.

[Article mis à jour à 17h30]

Les pandores se disent “choqués” par les violences constatées la veille et la destruction des biens de deux gendarmes par les habitants de la ville.

Les raisons également de cette possibilité résident dans les conditions de détention, rendues pénibles notamment par la canicule ambiante. Selon des sources proches des pandores, ces derniers craindraient un autre malheur qui pourrait exacerber la situation.


Le communiqué de la Gendarmerie

Burkina24


A noter aussi que les Gardes de sécurité pénitentiaire sont en grève, obligeant ainsi les gendarmes à garder les prévenus en instance de transfèrement dans leurs cellules. La haute hiérarchie de la gendarmerie serait aux manettes pour tenter de trouver une solution à cette nouvelle donne à Dédougou, où une mission gouvernementale est attendue.

Mais le service de communication de la gendarmerie, joint par Burkina24, a indiqué qu’il cette éventualité n’est pas envisagée et qu’il n’est pas question de libérer des prévenus.

La direction de la communication publiera un communiqué plus tard pour déclarer ceci : “S’il est vrai que nous sommes de tout cœur avec nos collègues qui ont vu injustement leurs maisons saccagées,leurs biens détruits et leurs motocyclettes brûlées , nous tenons à rassurer les populations, que compte tenu des risques sécuritaires que cela pourrait occasionner pour elles et de nos principes de travail , un tel acte n’est pas à envisager “.

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *