Google accède aux données médicales de 1,6 million de patients

Dans le cadre du développement d’une application médicale, le géant Google, via sa filiale Deepmind, a utilisé 1,6 million de dossiers médicaux de patients londoniens.

Deep Mind, la filiale de Google spécialisée dans l’intelligence artificielle; avait déjà fait parler d’elle avec son AlphaGo. Un système d’intelligence artificielle faisant appel au machine learning. Une technologie capable d’apprentissage et qui avait battu le champion du monde de Go Lee Se-Dol.  

Cette fois, c’est dans le cadre d’une application médicale, Patient Rescue, que cette technologie va être utilisée. Un système d’alertes et d’analyses en temps réel concernant notamment les maladies rénales. Un algorithme qui recroise les données de dossiers médicaux pour détecter au plus tôt des pathologies jusqu’ici non diagnostiquées.

Petit « Hic »…

Seulement, pour construire son algorithme, DeepMind doit avant tout collecter des données. Pour ce faire, un partenariat de 5 ans a été signé avec Royal Free NHS Trust, qui gère trois hôpitaux londoniens. Un accord qui expirera en 2017, date à laquelle Google n’aura plus accès aux dossiers.

Mais depuis déjà quelques années, DeepMind a pu se servir des historiques des dossiers de tous les patients. Ainsi que des données en temps réel et sans se limiter aux informations concernant des personnes atteintes de pathologies rénales.

Autre souci, les patients ne semblent pas avoir été prévenus de la collecte et de l’utilisation de leurs données médicales par la société américaine. Mais, depuis la divulgation de l’accord, le NHS a fait savoir que ces derniers peuvent refuser de partager leurs dossiers.

(Sources : linformaticien.com)

Synthèse de Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page