Le CDP ouvre sa campagne : «IIs nous ont chassés par la rue, nous reviendrons par les urnes »

235 3

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a lancé sa campagne nationale pour les élections municipales du 22 mai 2016, ce samedi 7 mai 2016 à Bobo-Dioulasso. Le parti se dit prêt à gérer de façon transparente, efficace dans le sens du développement communal tant attendu par le peuple et les populations.

« Dja-Dja CDP Kun ka fissa » ; « pardon CDP, revient» ; « CDP nan bô nôgô lâ », étaient entre autres des maitres mots des militantes et militants du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), lors de l’ouverture de la campagne électorale comptant pour les élections municipales du 22 mai 2016. C’était dans la matinée de ce samedi 7 mai 2016 sur la place des martyrs de Bobo-Dioulasso.

Les responsables en train de recevoir les bénédictions
Les responsables en train de recevoir les bénédictions

Pendant le meeting, le représentant du chef de canton, Adama Sanou, a remercié pour le choix porté sur Bobo-Dioulasso pour le lancement de la campagne et demander aux populations la cohésion sociale pour des élections apaisées.

A sa suite, les représentants des anciens, des jeunes et des femmes, ont tous prôné le message de la paix, de la réconciliation, de la cohésion nationale et rassuré de repositionner le parti. Pour eux, les militantes et militants sont restés fidèles aux idéaux du père fondateur du parti et cela reste un engagement sans faille pour la victoire au soir des élections.

En cela, la représentante des femmes, Fatoumata Ziba, est confiante et l’exprime en ces termes : « ils nous ont chassés par la rue, nous reviendrons par les urnes dans les municipalités ». Elle a invité les jeunes, les anciens et les femmes à voter massivement pour le parti de Blaise Compaoré. « Blaise a duré, c’est vrai. Mais il n’a rien fait de bon, c’est faux », affirme-t-elle.

Le CDP reste serein. Le Président par intérim du parti, Achille Joseph Marie Tapsoba, a demandé aux populations de rendre un hommage vibrant au disparus, à ceux qui ont été détenus et ceux en liberté provisoire.

« Libérer n’est pas suffisant, car arrêtés arbitrairement sur des bases arbitraires de façon arbitraire, à leur libération, ils doivent être blanchis » a indiqué Achille Tapsoba. Il a ajouté que l’heure de la vérité arrivera.

Ce dernier a rassuré aux populations que le parti a appris la leçon suite aux évènements qu’il a traversés, et que les différents chapitres de la leçon ont été enregistrés. « Le CDP peut et doit bel et bien donner des leçons. Celui qui n’a jamais eu de leçon ne peut en donner ».

Après la transmission, c’est la rémission. Achille Joseph Marie Tapsoba n’a pas été tendre envers ses adversaires lors de son discours. En effet, il a affirmé qu’après la transmission, c’est la rémission, car pour lui, tout péché mérite d’être repenti. « Nous demandons aux pécheurs qui demandent d’autres pécheurs de reconnaitre ces péchés que l’heure du changement a sonné ».

Pas le changement proposé par les tenants actuels du pouvoir. « Qu’est-ce qui a changé? »,  demande-t-il avant de répondre lui-même : « il semble que ceux qui ont demandé à changer sont en train de réchauffer la marmite de Blaise Compaoré ».

Si CDP est mauvais, dit-il, c’est que ce sont ceux qui  ont été les ingénieurs du parti qui sont très mauvais. « Le pire est que l’ingénieur refuse de reconnaitre sa construction, dit-il ironiquement.

Achille Tapsoba s’en remet enfin au peuple burkinabè en ces termes : « le peuple burkinabè est un peuple sérieux, vigilant, et ce n’est pas un peuple qu’on instrumentalise, et vandalise. Ce peuple va dire la vérité vraie, la vérité des urnes et le CDP se plie à cette vérité, car le parti fait confiance au peuple ».

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre