R.D. Congo: Kinshasa s’en prend à l’Ambassade américaine

280 0

A la suite de la déclaration de l’ambassade américaine sur les allégations de mercenariat impliquant des ressortissants des Etats-Unis en relation avec Moïse Katumbi, les autorités de ce pays sont montées au créneau. 

“Il est inapproprié de parler d’allégations” a estimé  le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, dans un communiqué et qu’il faudrait laisser la justice travailler.  Pour Lambert Mende, l’Américain Darryl Lewis serait passé aux aveux après qu’il ait été en flagrant délit de troubles à l’ordre public à Lubumbashi le 24 avril dernier. Alors, en cas de fausses allégations, le seul responsable serait Darryl Lewis, a estimé le porte-parole du gouvernement congolais. “Les procès-verbaux de son audition faisant foi”, a-t-il rappelé.

Lambert Mende a révélé que le ressortissant américain a obtenu son visa de séjour en RDC en prétendant être expert agricole. Toutefois, au cours de son audition en présence de représentants de l’Ambassade américaine à Kinshasa et de ses avocats, il aurait mis en avant sa seule qualité d’expert en armements et en matière de sécurité.

Pour Lmabert Mende, le fait “qu’il n’ait pas été porteur d’armes à feu lors de son interpellation n’enlève rien au fait qu’il a usé de fausses déclarations sur ses activités et intentions réelles, ce qui constitue une infraction pénale. Les enquêtes initiées par la justice congolaise en détermineront les raisons“.

“Nous sommes au courant de la détention le 24 avril d’un citoyen américain qui travaillait au Katanga comme conseiller en sécurité. M. Darryl Lewis n’était pas armé et les allégations selon lesquelles il était impliqué dans des activités mercenaires sont fausses. Nous comprenons qu’il travaille dans une société privée américaine qui fournit des services de consultation à des clients à travers le monde entier”, avait précisé l’ambassade dans un communiqué.

L’ouverture de cette enquête par le gouvernement congolais coïncide avec l’annonce de la candidature de Moïse Katumbi à la présidentielle dont la date, à ce jour, reste incertaine.

Sans surprise Moïse Katumbi a dénoncé un montage grossier pour l’empêcher de briguer la présidence de son pays.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU-Burkina24

Source: VOA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre