Côte d’Ivoire: Le procès de Simone Gbagbo pour “crimes contre l’humanité” débute le 31 mai

563 0

Le procès de Simone Gbagbo, l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire débutera le 31 mai prochain à Abidjan. Elle est poursuivie pour crimes contre l’humanité durant la crise post-électorale de 2010-2011. Cette nouvelle a été rendue publique ce lundi 09 mai 3.2+.

Simone Gbagbo, ancienne première dame de la Côte d’Ivoire, présentait une relative bonne mine ce lundi 09 mai au palais de justice d’Abidjan-Plateau. C’est sous les acclamations de ses admirateurs, que drapée dans une robe marron, Simone Gbagbo, cheveux grisonnants et rasés court a regagné sa place dans le box des accusés.

Simone Gbagbo est déjà sous le coup d’une condamnation, depuis mars 2015, à 20 ans de prison pour “attentat contre l’autorité de l’Etat”.

Les avocats de Simone Gbagbo ont dénoncé ce lundi, à l’ouverture de la session de la cour d’assises, la composition du jury qui selon eux portent les germes d’une condamnation systématique de leur cliente.

A la presse Me Ange Rodrigue Dadje, l’avocat principal de Simone Gbagbo a estimé que “la liste des jurés est composée à 95% de personnes issues du Nord ou Malinkés alors que Mme Gbagbo est poursuivie pour avoir fait tuer des gens issus du Nord. Si on nous dit que ça ne pose pas problème, je dis non”, s’est-il offusqué.

Pour Me Coulibaly Soungalo, avocat des parties civiles, “pour la Côte d’Ivoire, pour la réconciliation (…) il faut que les victimes sachent qu’il y a un jugement qui a permis de condamner des personnes qui ont commis des crimes”, a-t-il souligné.

Simone Gbagbo est également réclamée par la Cour Pénale Internationale pour “crimes contre l’humanité”. Toutefois, Abidjan, refuse d’exécuter ce mandat estimant que la justice ivoirienne est désormais en mesure de juger tous ses citoyens.
Simone Gbagbo, rayonnante, danse « C’est comment comment…devant c’est maïs »
Sous la chanson “devant c’est maïs” du groupe les “Galliets”, l’ex-première dame de la Côte d’ivoire a offert un “show” à ses partisans venus nombreux la soutenir au palais de justice d’Abidjan-plateau.
Simone Gbagbo esquissant des pas de danse.
Simone Gbagbo esquissant des pas de danse.
La crise post-électorale 2011 en Côte d’Ivoire a fait 3.000 morts, selon les estimations de l’ONU et est intervenue alors que Laurent Gbagbo a refusé de céder son fauteuil à Alassane Ouattara, proclamé vainqueur par la Commission Eléctorale Indépendante et soutenu par la communauté internationale.
Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU
Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire


Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *