Policiers radiés : « Je ne peux vous dire s’ils seront repris ou pas » (Simon Compaoré)

235 0

Une délégation des 136 policiers radiés suite à la mutinerie de 2011 a été reçue ce mardi 10 mai 2016 par le ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure (MATDSI), Simon Compaoré, assisté de la hiérarchie de la Police nationale.

« Je les ai écoutés et à mon tour, je vais faire le compte rendu à mes supérieurs et on avisera. Ce n’est pas le ministre qui décide. Si c’est un ministre qui décide de renvoyer des gendarmes ou des policiers, ça allait être dangereux. Je ne peux vous dire s’ils seront repris ou pas. C’est une décision de l’Etat », a indiqué Simon Compaoré à la fin de la rencontre.

La présence des journalistes. Mais bien avant ces premiers mots lancés par le ministre de la sécurité intérieure, c’est bien à 6 h 00 ce mardi 10 mai 2016, que la rencontre entre Simon Compaoré et la délégation des policiers radiés, une quinzaine avec à sa tête le rapporteur général Omar Junior Bahoro, a commencé.

A son arrivée à la salle de conférence du MATDSI, voyant la présence les journalistes, se basant sur le caractère privé de la rencontre qu’il veut tenir avec les policiers radiés, le ministre Simon Compaoré leur fera savoir qu’ils n’ont pas été invités, alors que l’information sur la rencontre découle du service de communication de son ministère. 


Vidéo – Omar Junior Bahoro, le rapporteur général des policiers radiés

Burkina 24


Qu’à cela ne tienne, les hommes de presse ont fait le pied de grue pour avoir la substance de la rencontre à la fin de celle-ci, soit deux heures plus tard. « Ils sont venus demander que l’on puisse examiner leur reprise au sein de la Police nationale », a informé laconiquement Simon Compaoré sur l’objet de la rencontre.

Entre les mains du ministreDe la reprise dans les rangs des 136 policiers radiés suite à la mutinerie de 2011, le ministre d’Etat dit s’en tenir à la décision du Conseil des ministres à qui il exposera le dossier. Les policiers radiés, tout en reconnaissant qu’ils ont commis des fautes, affirment avoir eu oreille attentive auprès de Simon Compaoré.

Omar Junior Bahoro, le rapporteur général des policiers radiés : « Nous avons échangé de façon franche et finalement les dossiers sont entre les mains du ministre. Il nous a écoutés et il a été très attentif à notre égard ». Encore une fois, les policiers radiés disent demander « pardon » et n’ont qu’une doléance principale, leur réinsertion.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre