Musique: l’humanité commémore le 35ème anniversaire de la mort de Bob Marley

1026 0

Bob Marley était un auteur-compositeur-interprète, né le 6 février 1945 en Jamaïque. Il est mort le 11 mai 1981 à Miami, Floride, aux États-Unis mi à l’âge de 36 ans. Son nom complet est Robert Nesta Marley. Ce 11 mai 2016, l’humanité célèbre la commémoration du 35ème anniversaire de son décès. Révisitons ensemble, les dates marquantes de sa carrière.

Ses parents

Le père de Bob Marley s’appelait Norval Marley. Il était un Jamaïcain de race blanche et d’origine anglaise. Il est mort à l’âge de 50 ans alors qu’il travaillait encore dans la Royal Navy. La mère de Bob Marley, Cedella Marley Booker (née Cedella Malcom), était une Afro-jamaïcaine.

Ses débuts avec The Wailers (1963 – 1965)

Avec deux autres de ses amis, il forme en 1963, “The Teenagers”. Ils jouent du ska et du rocksteady, puis choisissent le nom The Wailers. Leurs premiers morceaux sont produits par Coxsone, producteur jamaïcain qu’il quittera plus tard. En février 1964, leur succès éclate en Jamaïque avec le titre “Simmer Down”. Bob arrête alors son métier de soudeur.

Son mariage avec Rita Anderson (1966)

Certaines chansons de Marley ont été inspirées par une chanteuse du groupe les Soulettes, une certaine Rita Anderson qu’il épousera le 10 février 1966. Rita jouera un rôle essentiel dans sa carrière. Leur premier fils, Ziggy, naît en 1968.

Découverte du mouvement rastafari (1966)

Marley découvre le mouvement rastafari suite à la visite officielle de Haïlé Sélassié, roi d’Ethiopie, en Jamaïque, en 1966. Le monarque est accueilli comme un Dieu vivant par la foule. C’est à partir de cette époque que le chanteur adopte la philosophie Rasta qui prône la fierté et une place digne de l’homme noir dans la société.

Retour dans son village natal (1967)

Faute d’argent, Bob quitte la ville avec femme et enfants, et retourne dans son village natal pour s’y ressourcer. Les disques se vendent mal et il ne rencontre aucun distributeur professionnel. Néanmoins, il continue à enregistrer, sous son propre label, Wail’n.

Retour aux USA (1969)

Par la suite, il décide de regagner les USA afin de se faire de l’argent et monter sa propre maison de disques. Il retourne donc auprès de sa mère aux USA où il travaille pendant les nuits dans une usine de la marque d’automobile “Chrysler”. Sa famille l’y rejoint plutard. À son retour en Jamaïque, il fonde les disques Tuff Gong, du nom du ghetto dans lequel il vit, et enregistre des disques avec des musiciens de talent. Mais le succès ne vient toujours pas.

Période sans succès (1970)

L’enregistrement de chansons avec les musiciens de Leslie Kong, un producteur jamaïcain établi en Angleterre, semble être sur la bonne voie. Kong a par ailleurs déjà produit les deux premiers 45 tours solo de Bob Marley.

The Wailers devient Wailers (1973)

Le producteur Chris Blackwell pousse le groupe à remixer ses deux premiers albums à Londres. Catch a Fire puis Burnin’ sont publiés chez Island sous le nom de Wailers, en 1973. Après une tournée, Bunny Wailer, puis Peter Tosh quittent le groupe. Bob Marley poursuit seul, avec le trio vocal féminin, The I Three.

Natty Dread, son 3ème album (1974)

 Avec son troisième album, Natty Dread, Marley réalise, seul, un chef d’oeuvre. Il y ajoute une influence blues et un ton militant suite aux violences perpétrées en Jamaïque au début de l’année 1974.

No Woman No Cry, son 1er succès internationnal (1975)

En 1975, le titre “No Woman No Cry” devient son premier succès international. Chanson phare reprise par de grands noms de la chanson.

Début de son exil (1977)

Bob Marley quitte la Jamaïque en janvier 1977 pour Londres.

Retour triomphal en Jamaïque (1978)

Avant une grande tournée, Bob décide de revenir au pays natal, en avril 1978. Malgré la guerre civile et la répression, il organise avec le Peace Movement jamaïcain, le One Love Peace Concert, pour réunir et réconcilier les opposants politiques de l’époque.

Cancer généralisé (1980)

Mais ses problèmes de santé le rattrapent avec cinq nouvelles tumeurs : son cancer s’est généralisé. Marley garde le secret et poursuit sa tournée au prix de terribles souffrances. Après un malaise, il est transporté à l’hôpital. Ses jours sont comptés, mais il décide de poursuivre la tournée.

Son dernier concert à Pittsburg (1980)

La même année, il chante lors de la cérémonie marquant l’indépendance du Zimbabwe, honneur suprême. Enfin, en septembre 1980, à Pittsburg, il trouve la force de donner son dernier concert. Sa dernière chanson : Redemption song.

Sa mort

Le 11 mai 1981, Bob Marley s’éteint à Miami, à 36 ans. La Jamaïque lui rend les honneurs avec des funérailles nationales et l’élève au rang de chevalier de l’Ordre du mérite.

Artiste exceptionnel et visionnaire, ses œuvres discographiques continuent de se vendre aujourd’hui. Malgré sa mort, il demeure l’un des musiciens les plus connus au monde.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source: Reggae World



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *