Cinéma : Ouaga Films Lab à Cannes 2016

191 0

Ouaga Films Lab, projet porté par Génération films, un collectif de professionnels de l’audio-visuel spécialisés dans la réalisation, la diffusion et le consulting en matière de cinéma, veut impulser une dynamique dans le cinéma africain. Et pour cela, il se fait déjà connaître dans le monde. En effet, Ouaga films Lab, après sa participation à la Berlinade, le festival de film en Allemagne en février, sera à Cannes au pavillon des cinémas du monde « village international-cannes » en France  le 14 mai 2016 dans le cadre du panel « nouveaux réseaux de création en Afrique ».

Ouaga Film Lab est un projet qui vise à offrir une plateforme d’échanges entre des porteurs de projets cinématographiques et des producteurs, s’inscrivant ainsi  dans la dynamique de recherche des nouveaux mécanismes de financement.

 « Parce que le cinéma africain, plus précisément celui de l’espace francophone, souffre du tarissement des sources de financement, le désengagement de la plupart des gouvernements, comparativement à ce qui se passait il y a une vingtaine d’années, également la disparition des guichets traditionnels de financement », justifie Ousmane Boundaoné, administrateur de Ouaga Films Lab.

Sans avoir organisé la première édition, il est déjà présent dans les nouveaux espaces de création cinématographique en Afrique.

 Invité à la Berlinade en février puis à Cannes à la fabrique des cinémas du monde, Ouaga Film Lab ira défendre le bien fondé du projet devant des fournisseurs de capitaux.

« C’est un espace qui est dédié aux professionnels, où on arrive avec ses projets et on les présente dans la salle. Il y a à la fois des décideurs politiques, économiques, des chaînes d’entreprise, des diffuseurs qui sont à la recherche de projets innovants », explique Boundaoné.

C’est en effet du 19 au 24 septembre 2016 qu’il organise la première édition du laboratoire d’incubation de projets. A cet effet, un appel à projet a été lancé en mars 2016. 20 porteurs de projets de films africains des 54 pays sans considération de langue sont attendus.

Les 10 meilleurs projets seront accompagnés par des mentors,  puis ces porteurs de projets se retrouveront à Ouagadougou et participeronnt  à un volet formation à l’issue de laquelle ils devront être les avocats de leurs projets devant des investisseurs.

Il y a des prix à la clé. Le premier prix est constitué d’une bourse de 20 000 euros, soit 13 millions de F CFA,  pour participer à la fabrique du cinéma à Cannes en 2017 et un autre prix va servir au développement du film.

Cependant, précise-t-il «les  autres ne seront pas laissés pour compte. Sils sont arrivés au Lab, nous estimons que ce sont des projets pertinents et comme Générations films est aussi une maison de production, nous les mettons dans notre écurie pour ceux qui voudront ».

L’initiative, aux dires toujours de l’administrateur, est déjà appréciée des institutions telles le FESPACO, le ministère de la culture l’Institut Supérieur de l’Image et du son (ISIS) qui trouvent ici une possibilité de collaboration et de complémentarité.

Ouaga films Lab est le diminutif de laboratoire de films de Ouagadougou. « Ouaga est la plaque tournante du cinéma en Afrique, même si on n’atteint pas le niveau  du cinéma d’autres pays et leurs moyens financiers. Mais pour le moment, ce qui se fait en termes de mécanisme de gestion de l’industrie du cinéma, nous avons notre mot à dire », explique Ousmane Boudaoné.

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre