Chefs coutumiers et démocratie : Nana Bibata pose le débat

118 0

Les 26 et 27 mai 2016 se tiendra à Ouagadougou la 8e édition de la nuit d’hommage aux autorités coutumières. C’est ce qu’a annoncé le comité d’organisation ce 18 mai 2016 lors d’une conférence de presse tenue à Ouagadougou.

Nana Bibata, artiste musicienne et promotrice de la nuit d'hommage aux chefs coutumiers
Nana Bibata, artiste musicienne et promotrice de la nuit d’hommage aux chefs coutumiers

La promotrice de la nuit d’hommage aux chefs coutumiers n’est autre que Nana Bibata, grande cantatrice de la chanson traditionnelle. Cette grande chansonnière a pris l’initiative de rendre hommage aux autorités coutumières car selon elle, par ces temps d’acculturation, de mondialisation et de la perte des valeurs traditionnelles,  ils ont besoin d’être encouragés dans leur tâche.

L’un des objectifs de cet évènement est d’offrir un cadre de concertation aux chefs coutumiers. A cet d’effet, il est prévu une conférence publique autour du thème « Intégration des autorités traditionnelles dans les systèmes de gouvernance démocratique : enjeux, défis et perspectives ».

« Faut-il continuer  à creuser pour trouver un statut particulier qui va leur permettre de se libérer de leur carcan politique et occuper réellement leur place ou faut-il les laisser dans cette paupérisation où ils n’ont pas les moyens de remplir leur rôle ?”. C’est l’une des préoccupations qui seront abordées, indique Achille Yaméogo, président du comité d’organisation.

Achille Yaméogo, président du comité d'organisation de la nuit d'hommage aux chefs coutumiers
Achille Yaméogo, président du comité d’organisation de la nuit d’hommage aux chefs coutumiers

Il poursuit en disant qu’« avant, lorsqu’un chef avait besoin d’un animal pour les sacrifices il ne demandait pas, il le prenait parce que tout le monde sait que c’est pour la bonne cause. Mais avec les religions révélées et les politiques qui les invitent et  les utilisent quand elles ont besoin d’eux et les laissent, c’est le moment de discuter et de trouver des solutions ».

Une centaine de chefs traditionnels de différentes régions du Burkina sont attendus et Achille Yaméogo assure que « pour que les chefs sortent il n’y a pas de problème, le Moogho Naaba en tant que président de l’amicale des chefs coutumiers a son système de communication ».

Les étudiants et les lycéens sont invités à venir faire connaissance avec des chefs coutumiers, leur rôle et leurs différents grades. Le thème, « l’éducation traditionnelle au Burkina Faso : la problématique de la transmission  des savoirs locaux, culturels coutumiers dans la société moderne », leur est dédié.

Ces conférences sont suivies dans la nuit du 26 mai 2016 par un concert avec des artistes traditionnels et modernes, comme Nana Bibata, Adama Zongo, Marie Gayerie, Dicko Fils, Timpougba Lankoandé et bien d’autres.

Le 27 mai 2016, les artistes  se produiront au palais du Mogho Naaba du fait que ce dernier ne peut pas se déplacer.

Le Naaba Liguidi de Wemtenga, le chef délégué par le Moogho Naaba pour porter  tout son soutien à la promotrice, a dit tout le bien fondé de l’évènement.

Revelyn SOME

Burkina 24

Article du même genre

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *