Elections municipales : La CODEL déploiera 1056 observateurs

137 0

La Convention des organisations de la société civile (OSC) pour l’observation démocratique des élections a repris possession de son quartier général sis à l’Hôtel Splendid à 48 heures de la tenue des élections municipales. L’organisation a animé une conférence de presse ce vendredi 20 mai 2016 sur sa participation citoyenne à la bonne tenue des élections avec ses 1056 observateurs en cours de déploiement sur le terrain, à raison de 3 par commune.

Avant même la réouverture officielle de l’infrastructure hôtelière touchée lors des attaques terroristes du 15 janvier 2016, la CODEL y a repris ses positions pour mener à bien sa mission d’observation domestique des élections locales.

La structure compte jouer son rôle d’OSC comme elle l’a fait lors des élections couplées du 29 novembre. « Nous n’avons pas chômé. Depuis le 29 novembre, nous avons continué à rendre compte, à honorer des invitations sur le plan régional », a déclaré son président Me Alidou Ouédraogo. Il a par ailleurs estimé que la société civile africaine est à louée aux regards des acquis de ces structures de veille jouant le rôle de contre-pouvoir.

Parlant du déploiement des observateurs, le président de la CODEL admet qu’ « il y a des difficultés » notamment dans le nord du pays. Mais, l’importante place qu’occupent ces élections pousse la CODEL à ne pas baisser les bras. Les élections municipales, déclare Me Ouédraogo, « ce sont des élections très importantes, parce que ce sont des élections de proximité ». Au-delà de tout ce qui peut se dire des élections locales, le président de la CODEL assure que l’enjeu ici, c’est le développement local.

Pendant ce temps à la situation room, l'on s'active pour la réception et le traitement de l'information venant des 1056 observateurs.
Pendant ce temps à la situation room, l’on s’active pour la réception et le traitement de l’information venant des 1056 observateurs.

Des incidents survenus çà et là.

« Il y a des gens qui pêcheront toujours en eau trouble », a dit Me Ouédraogo. Cela témoigne selon lui du niveau d’éducation des populations. « Il n’y a pas longtemps, dit-il, la moitié des conseillers municipaux (femmes et hommes) étaient analphabètes ».

Il y a nécessité selon Me Alidou Ouédraogo de les éduquer. C’est la prochaine étape que se fixe la CODEL au sortir des élections municipales pour dit-il éviter les violences en période électorale. Malgré les incidents, Me Alidou demeure quant à la bonne tenue du scrutin du 22 mai 2016. «Au sortir de ces élections, nous allons réussir des choses inimaginables », a-t-il dit.

Mais, ce leader de la société  civile, voit ces différentes expressions au lendemain de l’insurrection populaire d’octobre 2014 d’un bon œil. « Il y a longtemps, dit-il, il n’y avait pas 200 partis politiques au Burkina Faso, mais il y avait la société civile ». Tout ceci témoigne selon lui de l’expression et de l’avancée démocratique du “Pays des hommes intègres”.

Oui KOETA

Burkina24

Oui Koeta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre