Me Gilbert Noël Ouédraogo veut « faire de la ville de Ouahigouya une métropole »

231 0

L’Alliance pour la démocratie et la fédération – Rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), parti d’opposition « se prépare bien » pour les élections municipales, informe son président Me Gilbert Noël Ouédraogo joint par Burkina 24 le mercredi 18 mai 2016. Dans un entretien à nous accordé, Me Gilbert Noël Ouédraogo expose les projets de son parti pour la ville de Ouahigouya en exemple et réagit sur quelques sujets d’actualité.

Burkina 24 (B24) : Comment se passent les campagnes électorales à l’ADF/RDA ?

Me Gilbert Noël Ouédraogo (Me GNO) : Nous avons eu l’occasion de faire le tour du pays. Nous sommes dans plusieurs communes. Partout où nous sommes allés, nous avons constaté que le message de l’ADF/RDA est porteur, nous avons constaté une forte adhésion. Mais également, nos militants nous ont fait remonter un certain nombre de propos qui tendent à être des menaces sur le choix qu’ils devraient porter.

Partout où nous sommes passés, il y a eu d’autres personnes qui sont passées pour faire comprendre aux populations qu’elles n’ont aucun intérêt à voter pour une autre formation politique qui n’est pas au pouvoir. Parce qu’en votant pour une autre formation politique, même si on arrive à avoir des maires, ces maires-là n’auront pas de crédit pour travailler parce qu’ils seront bloqués par le pouvoir.

B24 : Ces menaces émanent de qui en particulier ?

Me GNO : Ce qui m’a été dit, c’est que c’est le pouvoir en place. Il y a des militants du pouvoir en place qui développent ces propos.

B24 : Vous avez été maire de Ouahigouya, êtes-vous toujours en course pour la gestion de cette ville ?

Me GNO : Le plus important c’est que mon parti soit en lice pour conquérir la mairie de cette ville et nous espérons qu’en dehors de la mairie de Ouahigouya, nous aurons d’autres mairies en plus. Notre objectif est de conquérir le maximum de mairies au Burkina.

B24 : Que proposez-vous aux populations des villes dans lesquelles votre parti est en lice ?

Me GNO : Ce que nous proposons, c’est le programme de l’ADF/RDA, c’est une gestion de proximité. Et pour la gestion de proximité, il est important d’avoir des hommes de valeurs à vos côtés pour construire. Ce que nous proposons donc, c’est de travailler sur la base d’une bonne organisation locale et d’être de véritables répondants qui ont une recevabilité à l’égard de nos concitoyens.

Pour nous, c’est équilibrer d’abord les comptes des communes. Puisque la plupart des communes, lorsqu’elles n’ont pas été gérées par nous, nous les avons trouvées en difficulté. Donc c’est de rééquilibrer les comptes de ces communes et de pouvoir mettre en œuvre notre programme pour un meilleur être des populations.

Nous avons des exemples puisque nous avons déjà géré des communes depuis la Ière république jusqu’à la IVe et lorsqu’il y a eu des concours pour la bonne gouvernance et de la transparence, la plupart de nos communes ont obtenu ce prix.

B24 : Des exemples de prix dans des communes précises ?

Me GNO : La commune de Ouahigouya a eu ce prix-là en 2013. Au niveau de la commune de Kokologho, nous avons eu ce prix. Dans plusieurs communes que nous avons dirigées, nous avons eu ce prix-là. L’ADF/RDA accorde de l’importance à la gestion du local dans la transparence et nous espérons que les populations vont nous renouveler leur confiance pour nous permettre de les accompagner.

Bien sûr pour aller aux élections il faut un parti politique, mais une fois élus, nous travaillons pour tout le monde. Que vous soyez de la majorité ou de l’opposition, vous êtes tous fils de la commune et nous devons tous nous donner la main pour construire nos communes sans exclusion. Nous devons aller vers ceux que nous avons battus lors des élections pour qu’ensemble, nous construisons cette commune parce qu’eux aussi ont quelque chose à proposer pour la commune.

B24 : Vous parlez de cohésion, mais depuis le début de la compagne, des accrochages sont constatés et tout récemment, c’est la CECI de Bouroum Bouroum qui a été incendiée. Que vous inspirent ces faits ?

Me GNO : Vraiment, je suis inquiet. Très franchement, je dois dire que la violence qui tend à se perpétuer est inquiétante. Et si j’avais un appel à faire, c’est de demander à tout le monde de revenir à la raison et à la sérénité, c’est demander aux acteurs politiques de revoir leur langage parce que les premiers responsables que nous sommes, sommes responsables par le langage que nous tenons.

Si nous n’avons pas un langage qui appelle à la paix et à l’apaisement, comment voulez-vous que nos militants ne fassent pas des actes de violence ? Il faut qu’on fasse comprendre aux militants que ce n’est pas la bagarre, c’est juste un débat d’idées pour que le meilleur gagne. Sinon, j’ai de véritables peurs.

B24 : En particulier pour la mairie de Ouahigouya, quelles sont les ambitions de l’ADF/RDA  pour les populations ?

Me GNO : C’est de poursuivre le programme que nous avons engagé. Quand nous sommes arrivés à la tête de la mairie de Ouahigouya, nous avons constaté qu’il y avait des arriérés. Il n’y avait plus d’électricité ni d’eau ni de téléphone et nous avons signé des conventions pour rééquilibrer les comptes de la mairie. Nous avons ouvert un nouveau centre de santé et de promotion sociale (CSPS), nous avons accompagné les populations à travers les services de main d’œuvre et d’accompagnement des femmes, donc nous voulons continuer ce projet.

Il y a un  projet que nous avons dénommé “Ouahigouya 2025” qui est de faire de la ville de Ouahigouya, une métropole et nous allons relancer ce projet. Il y a aussi le projet de la propreté de la ville qui était un de nos fers de lance et aujourd’hui, nous voyons que la ville est en difficulté du point de vue de la propreté. Il faudrait qu’on travaille à faire de Ouahigouya, la ville la plus propre du Burkina Faso.

Nous voulons reprendre ces projets, les relancer. Et ce n’est pas seulement pour la commune de Ouahigouya. L’ADF/RDA est présente partout au Burkina et nous allons travailler pour que des communes soient prises par l’ADF/RDA et gérées par l’ADF/RDA.

Propos recueillis par Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre