Suivi des politiques de protection sociale : Le SPONG forme ses membres

145 0

Le Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales (SPONG) a organisé au profit des organisations de la société civile, un atelier de formation sur les techniques d’analyse et de suivi des politiques de protection sociale. Cette session a eu lieu du 16 au 20 mai 2016.

En 2012, le gouvernement burkinabè  a adopté une Politique nationale de protection sociale (PNPS). Son objectif est de promouvoir le bien-être économique et social des populations en général, de celui des individus, des familles et des groupes vulnérables en particulier.

L’un des principes clés de la PNPS est celui d’appropriation qui désigne le fait pour l’ensemble des acteurs de s’en approprier et à assurer la coordination des actions de sa mise en œuvre. Pour une réussite de la mise en œuvre de la PNPS, l’ensemble des acteurs doit s’en approprier et s’y conformer et surtout contribuer à son suivi et évaluation.

La société civile figure parmi les acteurs clés qui ont contribué à l’adoption de cette politique. D’où il a paru nécessaire pour le SPONG, que ses membres ne soient pas laissés sur le carreau. Un groupe thématique, dédié à la protection sociale, a d’ailleurs été mis en place depuis 2011.

C’est dans ce cadre qu’un atelier de formation a été organisé du 16 au 20 mai 2016 afin que les membres de ce groupe thématique soient mis à niveau. Il a pour objectif, explique Sylvestre Tiemtoré, coordonnateur du SPONG, de doter le groupe d’une masse critique d’acteurs compétents sur les processus d’élaboration, d’analyse et de suivi des politiques sociales afin de faire face aux nombreuses sollicitations et exigences de la participation de qualité de la société civile aux cadres de dialogue de la protection sociale.

Former

Cet atelier s’inscrit dans le cadre du « Projet d’appui au contrôle citoyen de la mesure gouvernementale de distribution des kits d’urgence pour la prise en charge totale du paludisme des enfants de 0 à 5 ans et des femmes enceintes dans les districts de sanitaire de Fada à l’Est, Barsarlgho au Centre Nord, et de Dori au Sahel », financé par l’UNICEF.

Pour, Mariam Ouédraogo/Ouédraogo, de l’Association Maasongo pour le développement du Faso, « cet atelier est le bienvenu ».  « J’ai mieux compris la PNPS, dit-elle. Et ensemble, nous avons élaboré des critères pour que les couches les plus vulnérables soient touchées ».

Sylvestre Tiemtoré précise en effet que cet atelier permettra au groupe thématique de faire un suivi citoyen d’un certain nombre de mesures sociales du gouvernement et d’avoir un œil sur la gouvernance et fonctionnement du Conseil national de la protection sociale.

Par ailleurs, les participants à l’atelier se sont positionnés pour apporter leur regard critique sur le processus de ciblage en faisant une note de contribution. Cette note sera transmise aux autorités par le biais du SPONG, a précisé le coordonnateur.

Abdou ZOURE

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre