Cimenterie : CIMAF s’installe à Bobo-Dioulasso

890 0

La ville de Bobo-Dioulasso  bénéficiera d’une nouvelle cimenterie. Il s’agit de la filiale du groupe marocain CIMAF (Ciment de l’Afrique). Elle aura une capacité de production de 700 000 tonnes de ciment par an, va créer plus de 800 emplois directs et indirects pour un investissement total de 20 milliards de F CFA. La cérémonie de pose de la première pierre a été présidée par le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, ce vendredi 27 mai 2016.

CIMAF est la première cimenterie de la région des Hauts-Bassins. La cérémonie de la pose de la première pierre de cette nouvelle cimenterie à Bobo-Dioulasso a été présidée par le Premier ministre Paul Kaba Thiéba, dans la matinée du vendredi 27 mai 2016.

A l’heure des allocutions, le Président de la délégation spéciale, Jérémie Kouka Ouédraogo,  s’est réjoui du choix de sa région pour installer CIMAF. Il a félicité les promoteurs du Groupe ciment pour leur investissement et a invité tous à s’impliquer pour que ce futur joyau brille dans la région.

Une photo de famille devant la stèle du projet
Une photo de famille devant la stèle du projet

A sa suite, c’est le représentant du Chef de canton qui a fait des bénédictions et a affirmé la joie des populations. Selon lui, cette usine sera une entrave pour le chômage et créera  de l’emploi.  « Bobo-Dioulasso est libre pour tout projet de développement, il faut juste voir le chef de canton », a-t-il souligné.

Pour le ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, Stéphane Sanou, cette usine est de la dernière génération des cimenteries, « donc le Burkina Faso reste reconnaissant aux investisseurs ».

Une pensée pour l’environnement

Il a ajouté que la cimenterie génèrera plus de 800 emplois directs et indirects. « Cette usine s’inscrit dans les axes sectoriels de développement du Burkina Faso», a-t-il affirmé.  Il a remercié la coopération Maroc-Burkina et demandé aux uns et autres de faire des efforts pour pérenniser ces usines.

Phase d'explication du plan du projet au Premier ministre
Phase d’explication du plan du projet au Premier ministre

Quant au Président du  Groupe CIMAF, Anas Sefrioui, son souhait c’est de participer au développement du Burkina Faso et à la promotion des unités de transformation et des infrastructures.

Il a assuré que le ciment produit par cette société s’aligne sur les standards internationaux.  Anas Sefrioui a également soutenu que CIMAF a une capacité de production de 700 000 tonnes de ciment par an. L’usine  emploiera plus de 200 personnes (phase d’exportation) et  entraînera un investissement de 20 milliards de F CFA, dont 15% sera dédié à l’environnement.

A noter en rappel que le groupe marocain CIMAF est déjà présent au Burkina à travers son usine de production de 500 000 tonnes de ciment par an installée à Kossodo à Ouagadougou depuis mars 2015.

Sidiki TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso


Kaba Thiéba : « Ce projet, le gouvernement l’encourage »

«Cette usine  va contribuer à booster, non seulement la création de l’emploi dans la région des Hauts-Bassins, mais aussi à résoudre la question de chômage, qui est une question spéciale pour le gouvernement.

Le Premier ministre a reçu des cadeaux de la main des investisseursCe projet, le gouvernement l’encourage pour toutes les raisons évoquées. Le gouvernement est fier pour cet exemple de coopération. Le rôle du gouvernement, c’est de créer des conditions pour le développement du secteur privé.

Nous encourageons toutes les bonnes volontés, des entreprises à venir créer de l’emploi au Burkina Faso.

La volonté du gouvernement,  c’est de faire de Bobo-Dioulasso un centre économique important, un centre financier important, car c’est sa vocation, c’est une ville carrefour, une ville qui dépasse son histoire, qui a vocation à jouer ce rôle.

La politique du gouvernement veut que la ville de Bobo-Dioulasso et toute la région soient un centre de production, un centre de recherche, un bastion d’emploi. Je pense que la pose de la première pierre est un exemple, un premier pas dans cette direction. Nous ambitionnons de poursuivre  ces efforts pour qu’il se réalise au quinquennat ».

Propos recueillis par S.T

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *