RD Congo : Les manifestants contre Kabila dispersés au gaz lacrymogène

270 0

Plusieurs manifestations anti-Kabila, organisées par l’opposition congolaise à Kinshasa, Goma et Lumubashi, ont été réprimées par la police ce 26 mai. L’opposition entendait exiger un calendrier électoral qui doit aboutir à la fin des deux mandats constitutionnels du Président Joseph Kabila.  

A Kinshasa notamment, les manifestants ont été dispersés à coups de grenades lacrymogènes du fait du non-respect de l’itinéraire autorisé.

« Malgré le non respect de l’itinéraire, la police les a accompagnés jusqu’à la Maison Schengen où ils devaient s’arrêter mais ils ont essayé d’entrer à La Gombe [le centre-ville de Kinshasa] qui constitue une zone rouge. Nos éléments ont été alors contraints d’intervenir pour rétablir de l’ordre », a expliqué à Jeune Afrique le général Célestin Kanyama, chef de la police dans la capitale congolaise. Ce dernier a, par ailleurs, rejeté toute accusation d’utilisation de balles réelles par les forces de l’ordre.

Il se défend ajoutant que la police congolaise dispose d’ “équipements appropriés pour faire face à des fauteurs de troubles”. 35 policiers ont été blessés et du matériel de la police a été endommagé selon lui du fait des manifestants.

A Lumubashi, la police est restée aux aguets du fait de l’interdiction de toute manifestation. A Goma, « tout au long de la journée, le centre-ville a été calme parce que nous avons interdit la marche dans le Nord-Kivu qui se trouve d’ailleurs en état de guerre. Mais quelques badauds sont quand même sortis à Ndosho, à 12 km de Goma, pour jeter des pierres sur la route », a soutenu Julien Paluku, gouverneur de la province du Nord-Kivu, qui a d’ailleurs confirmé le décès d’un civil qui aurait tenté de « ravir l’arme d’un policier de garde ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source: France24 & Jeune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre