Prix Ambassadeur de la conscience: Le Balai citoyen distingué à Dakar

Le prix Ambassadeur de la conscience de l’ONG Amnesty International récompense des personnes ou des groupes qui ont fait preuve d’un courage exceptionnel pour combattre l’injustice, ont mis leur talent au service de la mobilisation et fait progresser la cause des droits humains.  Angélique Kidjo et 3 autres Organisations de la société civiles,  Y’en a marre, le Balai citoyen et  LUCHA, se partagent conjointement la distinction de 2016. Le prix leur a été remis le 28 mai 2016 à Dakar au Sénégal.

« J’ai toujours essayé de me servir de ma voix, en chantant et en parlant, pour combattre l’injustice et les inégalités », dit angélique Kidjo. En 30 années de carrière musicale meublée de  12 albums, elle s’est érigée en défenseure de la liberté d’expression et de l’éducation des fillettes en Afrique.

Le Balai citoyen honoré de recevoir cette distinction

 « Le Balai citoyen est honoré de recevoir cette distinction. À tous ceux qui ont cru en nous, n’ont lu dans nos actes que de la détermination à combattre l’injustice, nous tenons à leur réaffirmer que nos convictions sont restées aussi sûres et solides que nos rêves qui les sous-tendent », a déclaré Smockey, l’un des leaders du Balai citoyen, sur le site d’Amnesty International.

À travers des actions non-partisanes et non-violentes, LUCHA (Lutte pour le Changement), mouvement de la République Démocratique du Congo, milite pour la justice sociale et la gouvernance démocratique.

En revanche, le combat n’est pas terminé pour la LUCHA. Micheline Mwendike a dédié son prix à ses collègues qui sont toujours en prison.

« On a encore un gros morceau : c’est que notre président veut changer la Constitution et nous devons l’empêcher de le faire parce que nous devons parler pour le peuple. Et nous sommes donc en train de travailler pour un rêve », a-t-elle déclaré.

Et justement, Fadel Barro, du mouvement citoyen sénégalais « Y’en a marre », veut tendre la main aux activistes des pays où règne, selon lui, l’injustice.

«  Abdoulaye Wade, Blaise Compaoré… L’histoire a déjà fermé ces pages. Pour ce qui est du Congo, Kabila c’est juste une histoire de temps. Nkurunziza, c’est juste une histoire de temps. C’est déjà fini. Ils ne peuvent pas faire comme Omar Bongo. C’est fini ! On va les accompagner à faire partir l’injustice  », a déclaré Fadel Barro.

Synthèse de Revelyn SOME

Burkina24

Sources: https://www.amnesty.org/fr/press-releases/2016/05/musician-angelique-kidjo-and-african-youth-activists-honoured-with-amnesty-international-award/

www.rfi.fr



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page