Litige frontalier pétrolier: La Côte d’Ivoire et le Ghana optent pour une solution “à l’amiable”

740 0

Un différend oppose depuis quelques années la Côte d’Ivoire et le Ghana sur la délimitation de leur frontière maritime abritant d’importants gisements de pétrole. A la faveur de la visite officielle du Chef de l’Etat ghanéen en Côte d’Ivoire, John Dramani Mahama, les 1er et 2 juin 2016, les deux pays ont décidé d’appliquer une “solution à l’amiable et équitable pour tous”.

Au cours d’une conférence de presse animée conjointement par Alassane Ouattara, le Président ivoirien et son homologue du Ghana, John Dramani, le premier cité a indiqué que la question du différend maritime avait été abordé au cours de leurs échanges. A cet effet, “nous nous sommes engagés à trouver une solution négociée et profitable aux deux pays, nous trouverons un accord entre frères“, a-t-il déclaré

Cette approche a été confortée par le Président ghanéen selon qui, ils se sont convenus d’une solution à l’amiable et équitable pour les deux Etats.

Un différend oppose depuis 2013 la Côte d’Ivoire et le Ghana sur la délimitation de leur frontière maritime abritant d’importants gisements de pétrole.

La Côte d’Ivoire et le Ghana avaient fait recours au Tribunal international du droit de la mer (TIDM) et s’étaient engagés, à l’issue d’une rencontre à Genève en mai dernier à la demande du Ghanéen Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU, à “promouvoir les discussions qui favorisent l’intégration régionale pour le bénéfice de leurs pays respectifs”.

Le Ghana produit environ 100.000 barils de pétrole par jour tandis que la Côte d’Ivoire note à peine 50.000 barils par jour.

Kouamé L-Ph Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina en Côte d’Ivoire



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *