Simon Compaoré : « Le Burkina Faso ne reculera jamais devant une quelconque force du mal, d’où qu’elle vienne »

Les assistants de police  adjoints Michel Kani Coulibaly, Philibert W. Silga et Tilbou Tyolé tués au cours de l’attaque de leur poste de police dans la nuit du 31 mai au 1er juin  ont été conduits à leur dernière demeure au cimetière de Gounghin cet après-midi du jeudi 2 juin 2016. Mais avant, ils ont été décorés de la médaille d’honneur de la Police nationale par le Grand Chancelier des ordres burkinabè.

« Le métier des armes n’est pas un métier comme les autres. Il est fait du sens du devoir, de l’amour de la Patrie, de l’esprit de sacrifice », a dit le ministre de la sécurité intérieure, Simon Compaoré, avant l’oraison funèbre au cimetière. Ainsi au nom dudit devoir, de l’amour de la Patrie,  les assistants de police adjoints Michel Kani Coulibaly, Philibert W. Silga et Tilbou Tyolé ont consenti au sacrifice ultime.

Mais, pour Simon Compaoré, la mort de ces trois jeunes, partis à la fleur de l’âge, « ne doit pas entamer le moral des troupes ». Selon lui, cette disparition « doit être le levain qui pousse les forces de défense et de sécurité sur le chemin de la victoire ». Ainsi, rassure le ministre de la sécurité, « rien » n’arrêtera la marche de la démocratie et du développement du pays. « Et le Burkina Faso ne reculera jamais devant une quelconque force du mal, d’où qu’elle vienne ».

Le Premier ministre et le ministre de la sécurité intérieure s'inclinent devant les corps des 3 assistants de police - © Burkina24
Le Premier ministre et le ministre de la sécurité intérieure s’inclinent devant les corps des 3 assistants de police – © Burkina24

Pour avoir consenti au sacrifice ultime qu’est la mort, Michel Kani Coulibaly, Philibert W. Silga et Tilbou Tyolé ainsi que Doussoungou Rasmané et Ouoba Hatina ont été décorés de la médaille d’honneur de la Police nationale par André Rock Compaoré, le Grand Chancelier des ordres burkinabè. Une médaille à laquelle s’ajoute la reconnaissance de toute la Nation. Pour le ministre Simon Compaoré, « mourir pour  son pays, c’est vivre à jamais dans le cœur de ses compatriotes ».

L’assistant de police adjoint Michel Kani Coulibaly, né le 12 janvier 1989, avait à son actif 3 ans, 10 mois et 19 jours de service à la Nation burkinabè. Il laisse derrière lui une veuve enceinte.

L’assistant de police adjoint Philibert W. Silga est né le 16 avril 1988. Il a passé 2 ans, 10 mois et 11 jours au service de la Nation. Il s’en est allé laissant derrière lui une veuve et deux enfants. Le dernier est né dans la soirée du 1er juin 2016.

L’assistant de police adjoint Tilbou Tyolé, né en 1987, est parti après avoir accompli un an, 10 mois et 19 jours au service la Nation,  laissant derrière lui une veuve et trois enfants.

Oui Koueta et Noufou KINDO

Burkina24


DSC06690 DSC06689 DSC06679 DSC06678 DSC06677



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page