Inoussa Bonkoungou alias « K2 » de Ouaga, l’homme le plus fort du Burkina

1231 0

La 2e édition du Championnat national de « Power lifting », intitulé « l’homme le plus fort du Burkina Faso », a eu lieu le samedi 4 juin 2016 à Bobo-Dioulasso. Inoussa Bonkoungou alias « K2 » de Ouagadougou a été sacré champion et a empoché une somme de 1 million de F CFA.


Iron Biby soulevant 120 Kg d’un seul bras

Burkina24


La finale de la compétition de « l’homme le plus fort du Burkina Faso » a  regroupé au total 10 gladiateurs nationaux dont 5 de Bobo-Dioulasso et 5 de Ouagadougou.

Elle a eu lieu dans la nuit du samedi 4 juin 2016 au Théâtre de l’amitié de Bobo-Dioulasso. Inoussa Bonkoungou dit « K2 » de Ouagadougou a été sacré champion de cette édition et a emporté le prix de 1 million F CFA, plus des trophées.

Inoussa Bonkoungou alias K2, est actuellement le plus fort du Burkina Faso
Inoussa Bonkoungou alias K2, est actuellement le plus fort du Burkina Faso

L’initiateur du Championnat national de « Power lifting », champion du monde de ce sport,  Iron Biby, est satisfait, surtout du vainqueur. « Je suis fier de lui. C’est une façon de montrer que les athlètes burkinabè sont motivés et déterminés », dit-il.

Le champion national, Inoussa Bonkoungou alias « K2 »,  a relaté que c’est un plaisir pour lui de participer à une compétition organisée par un champion du monde. Il a ajouté que c’est un honneur de remporter le premier prix. « Je pense que je ne suis pas le seul à remporter. Ce n’est pas Ouagadougou ni Bobo-Dioulasso, mais c’est le Burkina Faso qui a gagné », confie-t-il.

Par ailleurs, il a déjà une idée de ce qu’il va faire de son prix. « Comme c’est à travers le fer qu’on a remporté, on va d’abord songer à renforcer les matériels de sport  afin de pouvoir se mettre en évidence, et après voir les autres choses qu’on ne peut pas dire ici »,  a-t-il révél.

Pour les gladiateurs, ils veulent voir ce sport se développer comme le football pour pouvoir mobiliser du monde autour.

Bobo-Dioulasso est de taille, mais Ouagadougou n’est pas facile.  La finale de la soirée a débuté avec les 10 gladiateurs qui devaient passer la première épreuve qui était le « soulever de terre » d’une charge minimale de 160 kg. Les candidats ont facilement franchi les paliers pour arriver à 200 kg.

Un candidat tentant de soulever 280 kg
Un candidat tentant de soulever 280 kg

A 210 kg, les choses se corsent. Un candidat reste à quai. A 220 kg, 3 gladiateurs ont été recalés. Les 6 autres ont pu soulever jusqu’à 230 kg. De 240 à 250 kg, il ne restait qu’Idrissa Siribié alias « Volcan » de Bobo-Dioulasso et les autres de Ouagadougou.

De 260 à 280 de kg, le seul représentant de Bobo est éjecté, laissant Alfred Bady Zan dit « Caterpillar » et Inoussa Bonkoungou dit « K2 se départager. Mais ils finissent ex aequo.

Pour le « Développer coucher », c’est au tour de Bobo-Dioulasso de prendre la tête avec Idrissa Siribié alias « Volcan » qui atteint 200 kg. Mais, avec les règles du jeu, il fallait faire la sommation des épreuves divisées par 2 pour trouver une moyenne. Les ex aeqo se sont départagés par le nombre de « développer coucher » de la charge minimale. « K2 » a effectué 6 poussés et « Caterpillar » 5 poussés.


Lire aussi

Iron Biby, le plus fort du monde, est Burkinabè

Burkina24


La victoire est donc partie à Ouagadougou. Au cours de la compétition, le champion du monde a soulevé la charge sur laquelle le champion s’est cassé les dents et a procédé à des démonstrations de Strong man en soulevant une charge de plus de 120 kg avec un bras.

Ousmane TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso


Zoom sur les 3 premiers gladiateurs :

  • Inoussa Bonkoungou alias « K2 » : soulever de terre 260 kg ; développer coucher 190 kg, (260+190/2=225), plus 6 poussés ;
  • Alfred Bady Zan alias « Caterpillar » : soulever de terre 260 kg ; développer coucher 190 kg, (260+190/2=225), plus 5 poussés ;
  • Idrissa Siribié alias « Volcan » : soulever de terre 240 kg ; développer coucher 200 kg, (240+200/2=220)


Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *