BEPC 2016 : 29,41% de réussite

1072 4

Le gouvernement burkinabè a donné le taux de réussite à l’examen du Brevet d’études du premier cycle (BEPC), session de 2016. Il est de l’ordre de 29,41%, en baisse par rapport à l’année dernière.

“Le taux national de succès au BEPC de la session de 2016 est de 29,41 %, en tendance baissière de 09,81 points de pourcentage par rapport à 2015 (39,22 %)“, a révélé le ministre de l’éducation nationale, Jean Martin Coulibaly, lors d’un point de presse du gouvernement, ce 16 juin 2016.

Dans sa déclaration liminaire, le ministre a indiqué que ce taux s’inscrit dans la tendance des dix dernières années. Toutefois, reconnaît-il, “cette faible performance récurrente de ce niveau de notre système éducatif, interroge mon département et invite à une réflexion sur ses causes profondes“.

Les résultats sont cependant satisfaisants pour les autres examens, note Jean Martin Coulibaly. Les résultats pour le CAP commercial donnent 79,53 % de taux de succès contre 28,92% en 2015  et pour le BEP commercial, 60,19 % de taux de succès contre 45,71% en 2015.

L’organisation de ces examens n’a pas été sans difficulté. Le ministre, toujours dans sa déclaration liminaire, a cité l’insuffisance du budget, qui a nécessité une rallonge de 1,5 milliard de F CFA, l’insuffisance des feuilles de composition pour les jurys de Ouagadougou et le retard dans le déroulement des épreuves pratiques du BEP et CAP, dû notamment à la lenteur des prestataires qui devraient livrer les matières d’œuvre.

L’une des plus importantes difficultés a sans doute été la crise qui est née dans la région des Cascades où la proclamation des résultats du BEPC a accusé un retard à cause d’un mouvement d’humeur d’enseignants.  Lors du point de presse, le ministre en charge de l’éducation nationale est revenu sur  cette affaire.

Il  a indiqué que les deux enseignants, au centre de la crise, n’étaient pas fondés à refuser de rejoindre leur poste d’affectation respectif. Il invoque pour cela la correspondance n°2015 – 399/MESS/SG/DRH du 10 décembre 2015, portant point des élèves-professeurs mis à la disposition du MENA, qui précise que « les stagiaires, enseignants et non enseignants, mis en position de stage dans les structures du MENA, demeurent à la disposition dudit ministère à la fin de leur formation ».

 Le ministre Coulibaly a donc appelé les enseignants à rejoindre leur poste après avoir fourni une lettre d’explication. Quant au syndicat, il indique rester ouvert au dialogue.  “A la F-SYNTER, je redis que ma porte demeure ouverte à tous ceux pour qui l’éducation est une cause importante, peut-on lire dans la déclaration liminaire.  Je crois en avoir donné la preuve depuis que je suis arrivé à la tête de ce département, en organisant une rencontre avec l’ensemble des syndicats de l’éducation, en instituant avec eux une rencontre trimestrielle dont la première s’est tenue le 31 mars 2016, en accordant les audiences sollicitées individuellement par chaque syndicat“.

Synthèse de Abdou ZOURE

Burkina24



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *