Roch Kaboré : « Le BAC sera organisé normalement »

259 0

Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a donné l’assurance aux Burkinabè vivant en Belgique que le baccalauréat sera organisé à bonne date au Burkina Faso.

Le syndicat des enseignants du supérieur avait déposé un préavis de grève illimitée dont la durée allait empiéter sur l’organisation du baccalauréat 2016 qui débutait ce 21 juin 2016. Mais ce mot d’ordre a finalement été levé.

« Nous avons mis en avant le dialogue et le Bac sera organisé normalement », a déclaré Roch Marc Christian Kaboré aux Burkinabè de Belgique qu’il a rencontrés le 14 juin 2016 en marge de sa participation aux  Journées européennes de développement (JED) qui se tiennent les 15 et 16 juin 2016 à Bruxelles, rapportent nos confrères de Sidwaya.

Incivisme. A cette occasion, toujours selon Sidwaya, le Président du Faso a aussi donné l’assurance que la question de l’incivisme est en train d’être réglée.  « L’incivisme et certaines pratiques tendaient à faire croire que le Burkina Faso partait à la dérive, mais l’équilibre est en train de s’installer », a déclaré le Chef de l’Etat.

Les questions judiciaires ont également meublé les échanges, notamment celles relatives tant aux anciens qu’aux nouveaux dossiers. Le Chef de l’Etat a donné la fin de l’année comme ligne d’horizon pour connaître l’épilogue de certains d’entre eux.

« Les dossiers de crimes économiques et de sang sont ficelés et les procédures judiciaires engagées, a-t-il dit. Ceux de Thomas Sankara, Norbert Zongo, des martyrs de l’insurrection populaire, du coup d’Etat de septembre 2015, sont tous en cours d’instruction et nous fondons l’espoir que d’ici à la fin de l’année, certains aboutiront et les fautifs seront condamnés par la justice ».

Acharnement ? Non. Enfin, le débarquement  d’avion d’Achille Tapsoba et de Zambendé Théodore Sawadogo, membres du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), ancien parti au pouvoir, est revenu sur le tapis. Les concernés avaient estimé qu’il s’agit d’une violation de leur droit d’aller et  de venir et que le nouveau pouvoir semblait avoir une dent contre eux.

Le Président du Faso a rassuré les Burkinabè vivant en Belgique qu’il n’en était rien.  « Il ne s’agit pas d’un acharnement comme certains le pensent, mais d’une action qui s’inscrit dans l’intérêt de la nation », a déclaré le locataire du palais de Kossyam.

Synthèse de Abdou ZOURE

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre