Tribune: “Patriotisme ou arrivisme ?”

469 0

Dans cette tribune, Koudraogo Ouédraogo se pose des questions sur le patriotisme du Général Isaac Zida. Pour lui, s’il fallait décerner une palme à un officier pour son amour pour la patrie, ce serait au Général Pingrenoma Zagré, le Chef d’état-major général des armées. Lisez donc. 

Issac Zida ! Un nom qui divise les Burkinabè et continuera de le faire pour encore très longtemps ! Pour certains, il s’agit d’un patriote de la trempe des Zuma, Lula, et Dilma ! (Lula, un patriote sans conteste, Zuma et Dilma ? il faut m’en persuader !). Pour d’autres comme moi, il n’est qu’un arriviste de la pire espèce, plutôt de la trempe des Gbabgo et Compaoré !

Le diable se trouve dans les détails 

Dans mon Blog « Vers une transition avec des larbins (2) », je posais la question suivante : « .. ce sont les hommes de Zida qui ont tiré sur nous ! Ce sont ces mêmes hommes de Zida qui tiraient sur nous pour protéger François Compaoré ! Les mêmes qui ont escorté Blaise Compaoré hors du pays ! Que l’on m’explique donc, pourquoi c’est le même Zida, qui s’est arrogé tout seul le droit de regard sur notre transition ? » (1)

En tant que numéro 2 du RSP, Zida a beaucoup de choses dont il doit répondre devant le peuple du Burkina ! Blaise Compaoré n’a pas pu être directement responsable des tactiques utilisées par le RSP pour tuer la révolution ! Si sur le terrain les officiers subalternes étaient directement responsables, au centre de commande, ce fut bien des officiers supérieurs qui décidèrent des tactiques de « guerre » ! Zida donc ne peut s’absoudre de l’ordre donné de tirer à balles réelles sur des manifestants non armés pour protéger la fuite des pontes du régime !

A mon sens, c’est bien là qu’il fallait faire preuve de patriotisme ! C’est bien là, qu’il fallait, au lieu de tirer sur la foule innocente, se mettre plutôt avec le peuple et arrêter net dans leur fuite les pontes du régime Compaoré !

Un sombre officier

Issac Zida ! Ce nom, je ne l’ai jamais entendu avant la révolution ! Je ne le connais ni pour aucune prise de position politique, ni pour aucun haut fait d’arme !

Ce sombre officier fait irruption sur la scène nationale à la faveur d’un putsch ! Il faut bien le dire ! Permettez – moi une fois encore de me citer : « Mais Blaise à peine parti, que le chef d’Etat-major général des armées s’autoproclame Président du Faso ! De quel droit ? Il va même jusqu’à dissoudre les institutions de la république. Le mot en français pour qualifier de tels agissements, c’est « coup d’Etat » militaire ! Et comme les coups d’Etat ne trouvent leur ‘légitimité’ que sur la base du rapport de force, alors ce qui devait arriver arriva ! Celui-là qui avait plus de muscle fit à son tour un autre coup ! Ainsi donc, le RSP porta son homme au pouvoir comme ils le disent. » (2)

Si donc Zida est un patriote, alors le général Traore (ex. CEMGA) plus encore, donc !

Ainsi, c’est bien le rapport de force qui, au soir de la révolution met Zida à la place qu’il va occuper pour un peu plus d’un an ! C’est n’est ni sa vision, ni son patriotisme, ni son engagement politique, ni son charisme de leader, ni son opposition à la modification de l’article 37, mais plutôt des instincts aussi bas que la survie, l’opportunisme et l’arrivisme !

Pourquoi consacrer le putsch de Zida et dénigrer G. Diendere et Traore pour les mêmes faits ? Zida a-t-il jamais levé son petit doit lorsque la lutte contre la modification de l’article 37 faisait rage ? Non, il a plutôt envoyé ses hommes nous tirer dessus !

L’opportunisme, l’arrivisme, le putschisme, l’indiscipline sont-ils des maux ou des qualités ? Comment peut-on comparer un démocrate et élu comme Lula à un putschiste comme Zida ?

Il est bien passé à la soupe sous Compaoré 

Nous avons tous été témoins de la déclaration des biens de Zida (3).  Villa à Ouaga 2000 estimée à combien de centaines de millions ? 350 millions ! Un champs d’une valeur de 100 millions, une ferme de 100 millions, 2 villas, 110 millions, 30 millions d’économie en banque, etc .. Combien de têtes de bovins ? Que l’on me dise, comment un officier de l’armée burkinabè, payé au salaire que nous pensons a pu accumuler une telle fortune ? Plus de 600 millions de CFA !

Que l’on nous montre les preuves du grossissement progressif ou non de cette fortune ! Que l’on nous montre les contributions fiscales qui justifient de cette fortune !

Dans le même temps, un autre officier du gouvernement a de la peine à réunir le dixième de la fortune de Zida !

Je suis certain qu’en économisant tout son salaire depuis qu’il a commencé à travailler, on aurait bien de mal à justifier la fortune de Zida ! C’est cela la corruption ! Ce n’est ni de la jalousie, ni de la médisance ! Ce n’est pas à moi de fournir des preuves de la corruption, mais plutôt à l’intéressé de fournir les preuves justificatives de sa fortune !

A moins que la corruption ne soit une qualité désirable, nul ne peut ériger Zida en exemple ! S’il n’est pas corrompu, qu’il nous en donne les preuves ! Je le défie de le faire !

Conclusion :

A y voir clair, Zida ne peut être vu comme un saint, peu importe l’angle ! Il s’acoquine d’abord avec régime Compaoré pour amasser une fortune immense. Il organise un putsch, le soir même où le peuple se libère du joug de la dictature et se bombarde président du Faso ! Lorsque sous la pression nationale et internationale il doit renoncer à ce poste, ce n’est que pour faire désigner son candidat au poste !

Poursuivant dans la logique du putsch, il reste présent comme Premier ministre. Des citoyens plus méritants ont pourtant battu le pavé ici pour obtenir le départ de Compaoré. Cela n’empêche ! Les Burkinabè ont toujours été mystifiés par les hommes en treillis, et sans vergogne Zida se pose à notre jeunesse qui n’avait encore rien vu, comme le nouveau Sankara ! Un Sankara sans aucune histoire de militantisme, peu importe ! Il a la force, et cela suffit à certains ! La raison du plus fort est toujours la meilleure !

J’ai souvent appelé les uns et les autres à la responsabilité ! Il faut s’assumer ! Pas Zida ! Il a violé la politesse au Gal. Honore Traore, mais refuse d’assumer ! Alors il se bombarde Général lui-même !  Un leader, s’assume ! Lula a juré de se blanchir devant les cours, Zida a pris la clef des champs ! Quel contraste !

Zida devrait être à la MACA avec Diendere pour répondre de ses actes le jour de notre révolution ! Mais nous le savons déjà !! Il n’assumera jamais !

Si, dans cette affaire de notre révolution il y a un militaire à glorifier, cela ne saurait être nul autre que le Gal. P. Zagré. Le premier officier de notre armée depuis 1966 à comprendre le rôle républicain de l’armée, cela mérite des félicitations ! Venir au secours de son pays quand bien même la balance des forces ne pesait pas forcement en sa faveur, c’est cela le patriotisme ! Rien ne l’empêchait de se joindre à Diendere ou même de lui faire un contre coup comme Zida à Traore ! Rien, sauf son devoir et sa patrie !

Koudraogo Ouedraogo

Email : [email protected]

Blog:  https://burkinafache2015.wordpress.com/


Vers une transition avec des larbins (2), 11 novembre 2014

Oser inventer un Burkina nouveau, 2 novembre 2014



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *