Soro sur Blaise Compaoré : « Jusque dans ma tombe, c’est un frère »

Relativement silencieux depuis l’avalanche de démêlés judiciaires tant au Burkina Faso qu’en France, le Président du parlement ivoirien, Guillaume Soro a été interrogé sur RFI pour en savoir davantage sur son actualité et son état d’esprit sur la question de la succession d’Alassane Ouattara.

Sur RFI, à la faveur d’une interview accordée par Christophe Bouabouvier, Guillaume Soro rompt le silence parlant de la fameuse affaire des écoutes téléphoniques, de la succession du Président Ouattara en passant par la qualité de ses rapports avec le Président Compaoré en exil en Côte d’Ivoire.

A ceux qui ont cru que ses démêlés judiciaires avec le Burkina Faso avaient entamé la confiance qu’Alassane Ouattara lui accordait, il répond : « Le président Ouattara, pendant plus de dix ans, a pu peser et jauger ma loyauté et ma fidélité à sa personne et je peux affirmer aussi que, jusqu’à aujourd’hui, le président ne m’a pas donné d’éléments ou d’occasions de douter. Donc, je suis en totale et pleine confiance avec le président de la République ». Pour Guillaume Soro, ses relations avec ADO seraient « excellentes » et « au-dessus des conjonctures temporelles ».

« Quand j’ai eu des ennuis judiciaires en France et au Burkina Faso, le président Ouattara s’est impliqué et a lourdement pesé pour aider à régler cette question », souligne le n°2 de la Côte d’Ivoire avant d’ajouter : « Cela m’a galvanisé ».

Sur la question de ses rapports avec Blaise Compaoré, le PAN ivoirien a promis ne jamais le renier. « Oui, je ne renie pas mon amitié avec Blaise Compaoré, dit-il. Jusque dans ma tombe, c’est un frère. Je m’honore de son amitié. Je ne dirai pas un mot de plus« .

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Voir l’intégralité de l’interview :  RFI



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page