« Revirement » : Bibiane Boni offre un guide à l’usage des parents

651 0

« Revirement » est le titre du roman de Bibiane Ouédraogo / Boni présenté ce samedi 25 juin 2016 à Ouagadougou. Bibiane Ouédraogo/Boni est linguiste de formation, consultante et a été ministre de la promotion de la femme sous   la transition en 2015. Mère de trois enfants, sa fibre maternelle l’a amenée à jeter un regard sur la famille  et partant de là, sur la vie des adolescents. Ce roman se veut un message à toutes les familles en quête de repère, d’harmonie et une invite à la spiritualité.

« Comment parvenir à un modèle familial où les époux s’aiment selon leurs aspirations légitimes et où les enfants, trésors peuvent s’épanouir ? », interroge Abdel Pitroipa, rendant compte de sa lecture du livre de Bibiane Ouédraogo/Boni.

 «Revirement » est un ouvrage forgé, dit-il, sur les principes et les valeurs de la sainte parole de Dieu, apportant une solution à cette préoccupation qui habite les foyers.

Au fil des pages, le lecteur apprend une chose essentielle, à savoir que les enfants font face à des difficultés. Et les adultes représentent  une référence  en matière d’attitude et de comportement pour les aider.

L’auteure dira que «nous avons braqué les projecteurs sur les adultes qui devraient être les mentors, les repères des adolescents. Pour un mieux-être de la société, la balle est surtout dans notre camp ».

Cependant, quand chez cet adulte lui-même,  tout semble désespéré, que faire ? Abdel Pitroipa croit que « la réponse apparait en filigrane puis dans le cœur de l’ouvrage.  Quand tout semble perdu, c’est l’unique moment où on est bien obligé de compter sur la grâce de Dieu ».

Le recours à Dieu. Ce livre révèle en effet  la possibilité d’une transformation positive par l’amour divin. « Au moment où cette famille descendait dans l’abime, raconte Bibiane Boni/Ouédraogo, la mère de famille a reconnu qu’elle avait besoin d’un secours surnaturel. C’est le  cas de plusieurs personnes. Nous avons besoin de ce secours surnaturel mais il n’est jamais trop  tard. C’est simplement lever les yeux pour dire : Je cherche le secours, parce que nous avons au-dessus de nous quelqu’un qui peut nous secourir et c’est là le revirement positif ».

L'auteure a été soutenue par ses proches lors de la présentation du livre
L’auteure a été soutenue par ses proches lors de la présentation du livre

Au-delà de la spiritualité que recommande l’auteure, se dégagent des conseils pratiques pour chacun des membres du foyer. Et Abdel Pitroipa cite des exemples. « Les différends entre les parents ne doivent pas se régler devant les enfants », dit-il. « Un parent doit savoir reconnaitre ses torts devant ses enfants, savoir approcher les enfants, les écouter de sorte à ce que ceux-ci ne leur cachent rien », ajoute-t-il.

Pour le pasteur Mamadou Karambiri, un ami de l’auteure, le revirement des jeunes est de nos jours d’autant plus flagrant et ce roman vient à point nommé aider les uns et les autres. Il fait remarquer par la suite que le roman se base sur des principes de spiritualité et non de religion et que n’ importe qui sans distinction de religion peut le lire aisément et en tirer profit.

L’auteure dit vouloir apporter par cette œuvre sa pierre à l’édification d’un mieux-être de la société.  « J’ai commencé à écrire ce roman depuis des années mais je me rends compte qu’il est en phase avec ce qui se passe aujourd’hui », dit-elle. Et  certaines voix de s’élever dans la salle et de souhaiter que l’ouvrage soit un livre éducatif, de référence pour les uns et les autres.

Les amis, parents et collègues venus soutenir l’auteure l’ont félicitée et encouragée à continuer, à travers  sa fibre maternelle, à jeter un regard dans le monde complexe des adolescents.

Revelyn SOME

Burkina24


“Le Revirement” selon Bibiane Ouédraogo/Boni 

« Le « Revirement » est un changement radical qui peut être négatif ou positif.  Lorsqu’il est négatif, il dépouille l’homme de sa dignité et la formule adaptée est la fin justifie les moyens. Dans le cas extrême, l’homme se retrouve au fond de l’abime et il faut vraiment un miracle pour vous en sortir. Et c’est ce que le roman nous relate à un certain niveau.

revirement 2Mais lorsque le revirement est positif, il nous met sur la voie de la connaissance, et pour qu’il y ait un revirement positif, il faut qu’il y ait une certaine introspection. L’on réalise que l’on est à un certain moment insatisfait, une personne inquiète, fragile, stressée permanemment, enlisée dans la dépendance, des pratiques et parfois des vices dont on ne sait comment s’en défaire.

Dans certains cas, on est embarqué dans un cycle de souffrances et de difficultés de toutes sortes sans aucun répit  et l’on cherche désespérément  le bout du tunnel. L’on se demande comment s’en sortir et c’est ce qui est arrivé au personnage principal. Malgré le succès apparent, belle carrière, haut standing, sa vie était un chaos. Donc là encore, nous posons le problème du succès. Qu’est-ce que c’est que le vrai succès, le vrai bonheur ? Vous ’aurez l’occasion de le découvrir à travers le roman.

Dans cette famille caractérisée par l’idolâtrie,  l’angoisse, la violence conjugale, l’alcoolisme, l’insolence des enfants, le tabagisme. Au moment où cette famille descendait dans l’abime, la mère de famille a reconnu qu’elle avait besoin d’un secours surnaturel.

C’est le  cas de plusieurs personnes. Nous avons besoin de ce secours surnaturel mais il n’est jamais trop  tard. C’est simplement lever  les yeux pour dire « Je cherche le secours » parce que nous avons au-dessus de nous quelqu’un qui peut nous secourir et c’est là le revirement positif ».

Propos recueillis par R.S

Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *