Enquête financière: La Première dame du Congo convoquée devant la justice américaine

727 3

Cette affaire dans laquelle est citée Antoinette Sassou-Nguesso, l’épouse de Dénis Sassou N’Guesso, concerne un litige qui l’opposerait à un certain Mohsen Hojeij, homme d’affaires anglo-libanais et son associé américain John Grossoc. L’avocat de Madame Sassou-Nguesso, Me Simone Bernard-Dupré, avait indiqué début juin que sa cliente ne comptait pas y répondre.

Le 9 juin dernier, alors que la Première Dame du Congo était de passage à l’hôtel Four Seasons de Washington, une assignation à comparaître lui avait été remise. Le cabinet d’avocats White & Case, sollicité par le plaignant, souhaitait disposer des informations sur les biens et activités du Président Denis Sassou-Nguesso, et de son fils  Denis Christel Sassou-Nguesso.

« Cette demande procède d’une ingérence qui n’appelle donc pas de réponse, expliquait l’avocate. Et je ne pense pas que Mme Sassou-Nguesso se rende à cette convocation, qui me semble particulièrement déplacée, s’agissant d’une Première dame d’un pays souverain et indépendant», avait estimé l’avocate de Madame Sassou.

De quoi s’agit-il ?

Mohsen Hojeij, 60 ans, et actionnaire majoritaire avec 89 % de parts de la société de BTP Commissions Import Export (Commisimpex) et son associé américain John Grosso (qui détient le reste du capital) avait déposé une plainte contre l‘État congolais pour des travaux impayés entre 1983 et 1986. Le montant de ces travaux estimé à environ 100 millions d’euros en 1992, est aujourd’hui évalué à un milliard d’euros, soit 17 % du budget du Congo.

En décembre 2015, la justice américaine avait exigé à l‘État congolais de communiquer à Commisimpex la liste de ses biens et actifs à l’étranger en vue d’éventuelles saisies.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source: Africanews



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *