2e édition du festival Arc-en-ciel : Retour aux sources pour la population de Zoula

560 0

« Culture, épanouissement et solidarité », c’est le thème retenu lors de la deuxième édition du festival Arc-en-ciel de Zoula, une localité située dans la province du Sanguié à quelques encablures de la ville de Koudougou. Ce festival qui a duré du 10 au 12 juin 2016 était un cadre d’échange, de partages et de valorisation du patrimoine culturel de la localité à travers des danses, contes et musiques traditionnelles.

Les ressortissants du village de Zoula étaient en fête le vendredi 10 juin 2016 lors du lancement du festival arc-en-ciel. Pour cette deuxième édition, les festivaliers ont mobilisé les ressortissants de la localité et aussi les parents à plaisanterie.

Pendant trois jours, cette population de la province du Sanguié a créé un brassage culturel à travers l’animation podium, la prestation des troupes de danse, la prestation des masques traditionnels, les contes et légendes, la course cycliste. Concernant cette dernière discipline, une vingtaine de femmes y ont pris part. La première a reçu du promoteur un vélo neuf et les autres participantes ont reçu des pagnes et des gadgets.

Un festival sous le sceau de la parenté à plaisanterie

La parenté à plaisanterie n’a pas été oubliée. Une cérémonie de décoration entre Bissa et Gourounsi s’est tenue lors de ce festival. C’est d’ailleurs l’international footballeur burkinabè Aristide Bancé, un Bissa, qui a soutenu et parrainé cette deuxième édition en compagnie de Victor Bama, ressortissant de la localité.

«La culture est comme un habit   et on ne peut plus marcher sans s’habiller. Elle doit être considérée comme un arbre et ses racines. Pour un Burkinabè, la culture devra être comme un être et son esprit. La culture est notre socle, notre identité. Si on nous enlève notre identité, nous devenons sans repères et bienvenues à toutes les formes d’extrémismes », a fait savoir Mathieu Valléa, le représentant du ministre de la culture lors de cette cérémonie.

Le promoteur du festival et le comité d’organisation ont marqué leur satisfaction sur la tenue de cette deuxième édition. Ils espèrent faire mieux lors de la troisième édition.

Boukari OUEDRAOGO

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *