Gondaal II : 850 « ambassadeurs » burkinabè pour le maintien de la paix au Mali

216 0

Gondaal II est un contingent de 850 soldats dont 21 femmes formés pour assurer la relève de Gondaal I actuellement basé à Diabaly dans le sud du Mali. Ce bataillon agit dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Ce vendredi 1er juillet 2016, une cérémonie marquant la fin de la formation de pré-déploiement du bataillon a été organisée au centre de formation et de production du Service national pour le développement (SND) de Loumbila.


Les soldats burkinabè en action

Burkina24


Le Bataillon Gondaal II est rentré le 27 avril 2016 au camp du Service national pour le développement de Loumbila et les activités ont commencé par la visite médicale et le remplissage des formalités administratives. Le reste du temps des huit (08) semaines qui a débuté le 9 mai 2016, a été consacré à la formation de l’Etat-major et de la troupe.

Lors de cette formation, des difficultés ont été rencontrées. Le Colonel Pierre Ouédraogo, commandant du bataillon Gondaal II détaille : « En premier lieu, il s’agit de l’hébergement et du couchage. En effet, quelques tentes et matelas sont en fin de potentiel. En second lieu, le temps imparti pour les formalités administratives et la visite médicale est insuffisant et a influencé sur l’assiduité des hommes aux cours ».

Pour recadrer les choses, le commandant du bataillon préconise, pour les prochaines formations, que le bataillon soit regroupé deux à trois semaines avant le début des cours. S’adressant aussi au personnel du bataillon, il lance ceci :

« Je dis que vous serez les ambassadeurs du Burkina au Mali. Certes vous serez privés du confort familial et bien d’autres, mais en tant qu’ambassadeurs, vous devrez sous aucun prétexte ternir l’image du Burkina Faso.

Ensuite, en tant qu’individu, dites-vous toujours que le combat n’est jamais gagné d’avance. Ayez confiance en vous-même et donnez le meilleur de vous-même. Enfin, je vous recommande trois grandes choses : la discipline, la rigueur et la cohésion. Ce sont là, trois éléments clés pour la réussite de notre mission ».

En réponse aux sollicitations du commandant du bataillon Gondaal II, le Chef d’Etat-major général des armées, le Général Pingrénoma Zagré affirme avoir pris bonne note des ses préoccupations. « Retenez, dit-il, qu’elles sont dues à l’insuffisance des ressources financières et à l’impact des missions intérieures qui n’ont pas permis de regrouper plus tôt les personnels ».    

Les résultats des évaluations des personnels sont jugés « satisfaisants (…) le savoir, le savoir-faire et le savoir-être ont été bien enseignés », selon le Général Pingrénoma Zagré. Il a invité le bataillon à être des soldats de « paix,  irréprochables, disciplinés et exemplaires ». A la suite des différentes interventions, un exercice d’extraction de blessés et un défilé ont été servis.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre