«Côte à côte, le Canada continue d’accompagner le Burkina » (Luc Pincince, Chargé d’affaire)

345 0

Le personnel de l’ambassade canadienne a fêté le  149ème anniversaire du Canada ce vendredi 1er juillet 2016.  C’était l’occasion pour le chargé d’affaire de l’ambassade de revenir sur les points stratégiques de la coopération de son pays avec celui des « Hommes intègres ».

« Canada is back »

« Célébrer la fête du Canada, pour Luc Pincince, chargé d’affaire de l’ambassade, c’est comme célébrer un « vivre ensemble » particulier ».

Les invités écoutant l'unique discours de la soirée lu par le chargé d'affaire Luc Pincince en lieu et place de l'ambassadeur absent pour raison de santé
Les invités écoutant l’unique discours de la soirée lu par le chargé d’affaire Luc Pincince en lieu et place de l’ambassadeur absent pour raison de santé

La cérémonie de célébration a été l’occasion pour Luc Pincince de rappeler les derniers tournants dans les relations de son pays avec le reste du monde. Empruntant au ministre des affaires étrangères  ses mots, il a réaffirmé que « Canada is back ». Oui, le Canada est de retour sur la scène internationale à travers le nouveau gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau, qui « a l’intention d’apporter une contribution appréciable à la résolution  des problèmes mondiaux ».

A  travers « une contribution appréciable », il faut entendre « passer d’une intervention militaire à une approche gouvernementale pour renforcer la sécurité et la stabilité, procurer une aide humanitaire de première nécessité et aider les partenaires à fournir des services sociaux, à reconstruire les infrastructures et à promouvoir la bonne gouvernance ».

Le Canada, partenaire « important » de la sécurisation du Burkina

C’est agissant selon les directives du ministère des affaires étrangères devenu « Affaires mondiales Canada », que Luc Pincince avait demandé à tous de « rester ensemble pour continuer, envers et contre tout, à édifier un monde de paix, de justice et de sécurité ».

Luc Pincince et l'ambassadeur Tulinabo Mushingi des USA
Luc Pincince et l’ambassadeur Tulinabo Mushingi des USA

Ainsi, dans l’optique d’aider le Burkina à renforcer la sécurité de son territoire, tout en rassurant les investisseurs nationaux et étrangers, et ce dans la vision du gouvernement Trudeau, « le Canada a fait l’option de se positionner davantage comme partenaire important accompagnant la sécurisation  du Burkina ».  Et ce n’est pas tout. « D’autres engagements dans le domaine sécuritaire  et possiblement sur la lutte contre l’extrémisme violent, sont à l’étude », a déclaré Luc Pincince.

De ce fait, « debout, côte à côte » le Canada continue d’accompagner le Burkina  dans les domaines de l’économie avec le Plan national de développement économique et social (PNDES 2016-2020), de consolidation de la démocratie à travers le Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL), de l’éducation  de base à travers la mise en œuvre du second Plan de développement stratégique de l’éducation de base (PDSEB 2012-2021), de l’eau à travers le projet d’eau  et de croissance économique durable au Sahel (ECED) aussi appelé projet « Triangle eau » et enfin dans le secteur minier à travers l’exploitation aurifère.

Le chef de la Coopération Luc Pincince lors de son allocution
Le chef de la Coopération Luc Pincince lors de son allocution

« Les entreprises minières canadiennes  ont maintenu leurs projets d’investissement. Au cours de l’année 2016, la mine de Karma de Riverstone S.A. est entrée en production. Rien qu’hier, à Houndé Endeavour Mining a lancé les travaux de construction de la mine de la Société Houndé Gild opération S.A. Très prochainement, le 7 juillet, la mine Roxgold sera inaugurée. Et enfin d’ici la fin de l’année seront lancés les travaux de construction du Projet Natougou de SEMAFO », récapitule Luc Pincince.

Partant enfin de la volonté de son pays sous l’impulsion de sa ministre du développement, le Canada veut « recentrer l’aide internationale sur l’appui aux personnes les plus pauvres et les plus vulnérables et le soutien aux Etats fragiles ».

Par la voix du chargé d’affaire, le pays partenaire salue « fortement » la disponibilité des plus hautes autorités du Burkina à ne ménager aucun effort pour réduire autant que possible les menaces sécuritaires qui pèsent sur les investissements cités un peu plus haut. Et ce  en conformité avec les Objectifs du développement durable (ODD) et surtout « en ne laissant personne de ce côté ».

Oui Koueta

Burkina24

Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre