Voyage à Taiwan : Paul Kaba Thiéba revient sur les 25 millions de F CFA disparus

856 2

Lors du voyage du Premier ministre Paul Kaba Thiéba à Taiwan en mai 2016, la perte de la somme de 25 millions de F CFA a fait le chou gras de la presse. Nos confrères qui ont reçu le Premier ministre lors de « Dialogue avec le Gouvernement » le mardi 5 juillet sur la RTB télé n’ont pas manqué de revenir sur la question.

Le Premier ministre reconnait qu’il y a eu perte d’argent sans pour autant préciser ni la manière ni le montant, se contentant de suivre la somme donnée par le journaliste, qui est de 25 millions F CFA. « Il y a eu certainement un vol ou une perte d’argent au cours de cette mission », dit-il.

Selon  le Premier ministre, l’enquête se poursuit et considère cela comme « un incident malheureux » tout en espérant que les enquêtes puissent aboutir. Il a tenu à rassurer qu’en termes de gestion du denier public, lui, Paul Kaba Thiéba fait preuve de rigueur : « je peux rassurer les Burkinabè qu’en aucun moment nous n’avons fait preuve de légèreté ni de laxisme dans la façon de gérer les fonds ».

Pourquoi le PM se balade avec autant de liquidité ?

Paul Kaba Thiéba répond que lorsqu’un Premier ministre ou un Chef d’Etat se déplace, il y a des charges auxquelles il faut faire face. « Il faut payer les commodités, il y a des charges », c’est ce qui explique la présence des mallettes.

Pourtant selon le règlement R-09 de l’UEMOA, le plafond de liquidité à ne pas excéder quand on quitte la zone est de 2 millions de F CFA. Apparemment, les chefs d’Etat et autres personnalités politiques ne sont pas astreints par cette décision.

Paul Kaba Thiéba est-il le premier des ministres ou un vrai Chef du Gouvernement ? A-t-il vraiment les coudées franches ?

A cette question, voici la réponse de Paul Kaba Thiéba : « Ce sont des questions que je ne me pose pas. Je demande aux jeunes Burkinabè de ne pas se poser ces genres de questions. Ce n’est pas ça qui est important.

Ce qui est important, c’est la politique qui est mise en œuvre. Les détails, un tel est beau, un tel est vilain, ce n’est pas important ».

Synthèse de Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *