Inondation à l’hôpital Yalgado : “La source du mal” a été trouvée

188 2

Une pluie s’est abattue dans la nuit du 10 juillet 2016 sur Ouagadougou  et dans plusieurs villes du Burkina. Dans la capitale burkinabè, des quartiers se sont retrouvés les pieds dans l’eau avec de nombreux dégâts. Le principal centre hospitalier, Yalgado Ouédraogo, a encore été inondé. Le ministère de l’habitat dit avoir mis le doigt sur le nœud du problème. 

Yalgado inondé

Burkina24

Des quartiers de Ouagadougou, selon des confrères, ont été inondés à la suite de la pluie du 10 juillet 2016. L’hôpital Yalgado Ouédraogo, comme quasiment chaque année (voir  ▶ Les malades de l’hôpital Yalgado avaient encore les pieds dans l’eau), en a également fait les frais. Les malades se sont retrouvés les pieds dans l’eau à l’issue de l’averse.

Ce qui a conduit, ce lundi 11 juillet 2016, à une réunion entre trois ministres (habitat, santé et infrastructures), leurs techniciens, l’entreprise COGEB et un bureau de contrôle, selon la Page  Facebook du ministère de l’habitat. “Après un bref échange, les membres du gouvernement veulent des solutions pour éviter que les eaux venant de la ville pénètrent dans l’hôpital Yalgado Ouédraogo“, peut-on lire sur ladite page.

caniveau bouche
DR

Par la suite, les participants de la réunion se sont rendus sur le terrain pour constater les dégâts et relever les causes de ces inondations répétitives. Cette sortie a semble-t-il porté fruit puisque des raisons ont été trouvées.

“Les occupations marchandes le long du lycée Bogodogo et aux abords de l’hôpital Yalgado ajoutées aux caniveaux bouchés par l’action de l’homme dévient l’eau de ruissellement dans la cour de l’hôpital”, écrit-on sur la page du ministère de l’habitat.

“La source du mal”

Burkina24

Face à ce constat, le  ministre de l’habitat, Maurice Dieudonné Bonanet propose déjà que les urbanistes soient désormais associés aux différents aménagements dans la ville. « Il faut de la rupture, dit-il. Il faut que les urbanistes soient associés dans toutes les actions de la ville. Les acteurs doivent avoir à l’esprit que l’aménagement de la ville implique nécessairement les urbanistes ».

En sus, à propos de l’action de l’homme sur les caniveaux et les canaux de drainage, le ministre a appelé à une prise de conscience collective. « Il faut que les populations travaillent à aider l’Etat en ne bouchant pas les caniveaux d’évacuation des villes », a-t-il plaidé.

A noter en rappel qu’en 2013, le gouvernement avait conclu deux marchés pour remédier aux problèmes de drainage de l’hôpital Yalgado Ouédraogo. Il s’agissait de  la réalisation de caniveaux à l’intérieur de l’hôpital. C’est l’entreprise SAMAC/BTP qui a reçu ce marché pour un montant de 476 327 331  de F CFA à exécuter en quatre mois. L’autre marché porte sur la supervision et le contrôle des travaux de drainage de l’emprise de l’hôpital, à  exécuter en cinq  mois par EMERGENCE INGENIERIE SARL pour un  montant de 66 965 000 de F CFA.

Abdou ZOURE

Burkina24

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre