Gestion des communes : Le Réseau panafricain pour l’intégration de la jeunesse pour l’implication de la jeunesse 

337 0

Le Réseau panafricain pour l’intégration de la jeunesse, une nouvelle structure panafricaine siégeant à Bobo-Dioulasso, s’est présenté à la presse le dimanche 17 juillet 2016. Le Président du réseau, Koulalé Zida, a lancé un appel à une synergie d’actions pour un développement réel et proposer des solutions afin de remédier à la question des problèmes fonciers.

Interpeller la jeunesse à se faire confiance et à travailler davantage ensemble compte tenu de la déchirure sociale que le Burkina Faso a connue, interpeller les organisations de la société civile et les associations à travailler en étroite collaboration pour un développement sociale sont les objectifs principaux du Réseau panafricain pour l’intégration de la jeunesse.

Ceux-ci ont été détaillés par le Président du réseau, Koulalé Zida, au cours d’une conférence de presse animée le dimanche 17 juillet 2016 à Bobo-Dioulasso. A cette occasion, il a présenté le réseau et décliné des actions immédiates.

« Nous allons mener des actions capitales, car ce sont des actions qui vont rassembler cette jeunesse afin d’atteindre le développement réel », a déclaré Koulalé Zida qui a affirmé par ailleurs que sa structure travaille en collaboration avec les élus locaux pour un rapprochement entre ces derniers et les populations.

Pour lui, tout ce qui peut arriver comme conflits peut être lié à la méconnaissance des élus locaux. Cela amène un manque d’informations et de confiance. « S’il y a des problèmes qui se trouvent au niveau de la commune, que cette jeunesse puisse être imprégnée de ces problèmes et il faut des représentants de cette jeunesse dans les différentes sessions des mairies pour pouvoir comprendre les choses », a conseillé le Président du réseau.

Propositions pour remédier à des problèmes fonciers 

Quant aux problèmes fonciers, le Réseau panafricain pour l’intégration de la jeunesse a proposé des solutions, dont, entre autres, que 3 de ses membres par section puissent siéger dans les différentes sessions des mairies d’arrondissement avec l’accord des élus locaux. « Cela va permettre d’éclaircir et la population sera mieux informée de la situation à l’avance », note Koulalé Zida.

Aussi, le Réseau panafricain pour l’intégration de la jeunesse compte proposer des moyens techniques, des logiciels et applications pour résoudre certains problèmes de doublons existant en matière de possession de parcelles. A noter que la structure est représentée au Togo, au Niger, au Mali, au Congo, au Tchad, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. Son siège se trouve à Bobo-Dioulasso, précisément à Ouezzinville.

Ousmane TRAORE

Correspondant Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre