Putsch du 16 septembre 2015 : 33 libertés provisoires accordées

195 0

Le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire a animé une conférence de presse ce 22 juillet 2016 à Ouagadougou pour faire le point des dossiers judiciaires. Il  en ressort que 33 personnes, poursuivies dans le cadre du putsch du 16 septembre 2015, ont bénéficié de liberté provisoire.

Dans le dossier du putsch du 16 septembre 2015, 77 personnes sont inculpées, a révélé Alioune Zanré, commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, selon sa déclaration liminaire lue lors d’un point de presse ce 22 juillet 2016.

27 sont en détention préventive, 8 ne sont pas détenues et 9 sont en fuite. Les prévenus qui bénéficient de liberté de provisoire à la date du 22 juillet sont au nombre de 33. L’animateur du point de presse a tenu à préciser que “la mise en liberté provisoire n’est pas un non-lieu, un acquittement ou une relaxe”.

Par ailleurs, le nombre de parties civiles a augmenté, passant de 30 à 90.  Le commissaire du gouvernement a indiqué que de “nouvelles inculpations ne sont pas exclure” dans les jours à venir, dans le cadre de ce dossier.

Concernant le dossier Thomas Sankara et ses 12 compagnons, assassinés le 15 octobre 1987, Alioune Zanré a révélé que 13 personnes sont inculpées, 7 sont en détention provisoire, 4 sont non détenues. A noter que deux personnes sont recherchées : Blaise Compaoré et Hyacinthe Kafando.

Le nombre de témoins a augmenté, passant de 47 à 52  et 13 parties civiles sont enregistrées. “Aucune liberté provisoire n’a été accordée“, affirme le commissaire du gouvernement, qui ajoute, par ailleurs, que la contre-expertise demandée par les familles des défunts a été reprise.  Le procès du dossier Thomas Sankara pourrait avoir lieu d’ici la fin de l’année, a assuré Alioune Zanré, selon l’AIB.

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre