5ème TAC ivoiro-burkinabè: Le Sommet s’ouvre ce mercredi à Yamoussoukro

688 0

Paraphé en 2008 par les chefs d’Etats burkinabè et ivoirien, le Traité d’Amitié et de Coopération (TAC) est à son cinquième sommet s’ouvrant ce mercredi 27 juillet 2016 à Yamoussoukro, la capitale administrative et politique ivoirienne. 

Le cinquième Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire s’ouvre ce mercredi 27 juillet 2016 à Yamoussoukro.

Les experts des deux pays ont, depuis le lundi 25 juillet 2016 à l’hôtel des parlementaires de la capitale politique et administrative ivoirienne, statué sur les dossiers qui feront l’objet d’étude par les chefs d’Etats burkinabè et ivoirien.

A cet effet, à l’ouverture des travaux, l’ambassadeur Pascal Batjobo, ambassadeur, directeur général des relations bilatérales du ministère des Affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur, situant le contexte de cette rencontre, a expliqué qu’elle s’inscrivait dans l’esprit de l’alinéa 2 de l’Article 1 du protocole qui dispose que « le comité conjoint est chargé d’examiner périodiquement les décisions et recommandations prises dans le cadre du Traité d’Amitié et de Coopération ».

En juillet 2014, à Ouagadougou, lors de la quatrième Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération ivoiro-burkinabè, les gouvernements des deux pays se sont engagés à renforcer les fondations de la coopération et de la fraternité liant leurs peuples. Cette Conférence a été sanctionnée par la signature d’importants accords et la prise de décisions et recommandations dont le protocole d’accord portant création d’un comité conjoint de suivi et d’évaluation des décisions et recommandations du Traité d’Amitié et de Coopération qui lie les deux pays.

A ce TAC5, l’heure est au bilan afin de faire le point de l’état d’avancement de l’exécution des décisions et recommandations qui en sont issues. Pascal Batjobo a invité chacun des experts à travailler dans un esprit de fraternité et de cordialité conformément aux points inscrits à l’ordre du jour des travaux. “Le Traité d’Amitié et de Coopération, premier du genre en Afrique, qui lie nos deux pays est un véritable vecteur de promotion de la paix, du vivre ensemble et de l’intégration si chère à nos peuples”, a-t-il indiqué.

Ces travaux d’expert devraient aboutir à l’élaboration d’un projet de communiqué conjoint à soumettre au Conseil conjoint de gouvernements pour examen. Il s’agira alors d’ouvrir des pistes pour la concrétisation de certaines projets définies lors du TAC 4, en l’occurrence, la construction de l’autoroute Yamoussoukro-Ouagadougou, la réhabilitation du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Kaya, la Construction d’une nouvelle voie ferroviaire Kaya et Tambao, l’approvisionnement régulier du Burkina Faso en énergie électrique et en hydrocarbures par la Côte d’Ivoire, la mise en œuvre du programme de facilitation du commerce, le transit et le transport sur le corridor Abidjan Ouagadougou, la lutte contre la traite transfrontalière des enfants entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso, la matérialisation des frontières et le processus d’évacuation du Mont Péko.

Les travaux des experts qui se sont ouverts le lundi 25 juillet dernier et co-présidés par les ministres des Affaires étrangères de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso ont produit des documents dont l’harmonisation des points de vue est prévue pour ce mercredi 27 juillet 2016.

Un conseil conjoint de gouvernements est prévu le jeudi 28 juillet. Pour ce qui est de la Conférence au Sommet du Traité d’Amitié et de Coopération, elle est prévue pour le vendredi 29 juillet prochain en présence des Chefs d’Etat ivoirien et burkinabè.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *