Ablassé Ouédraogo à Roch Kaboré : “Le pays va mal”

453 0

Dans cette lettre ouverte au Président du Faso Roch Kaboré, Ablassé Ouédraogo, président du parti Le Faso Autrement, candidat à la présidentielle de novembre 2015, dépeint l’état de la situation nationale, qu’il juge “grave”, et propose des solutions.

Excellence Monsieur le Président du Faso,

La tradition nous enseigne que : « Soussoaga Na Yii Neeré Guetta Zomin ». Ce qui peut se traduire en français  par : « Les résultats du travail collectif se déterminent dans la qualité de ses préparatifs ».

Le 30 novembre 2015, quand nous sommes venus vous présenter nos félicitations pour votre élection, les premiers à le faire dès la publication des résultats provisoires de l’élection du Président du Faso du 29 novembre 2015 par la CENI, nous avions convenu de nous revoir rapidement pour échanger sur la situation nationale, puisque considérant que votre victoire était une victoire collective du CFOP, comme vous l’aviez souligné.

Le 29 décembre 2015, à l’occasion de votre investiture à la magistrature suprême de notre pays au Palais des Sports Ouaga 2000, vous nous avez renouvelé cette belle intention d’organiser sans délai notre rencontre pour un partage d’idées dans l’intérêt supérieur de la Nation.

Il nous est même revenu que vous avez eu des concertations avec les Partis de l’ex-CFOP ayant une représentation à l’Assemblée Nationale. Malheureusement, notre Parti « Le Faso Autrement », qui remplit toutes les conditions, a été exclu de cet exercice.

Ne voyant rien venir, nous avons pris l’initiative de demander une audience auprès de votre Excellence par des voix officieuses mais en vain. L’attente devenant longue, nous vous avons adressé, officiellement et en bonne et due forme, une demande d’audience le 23 mai 2016. A ce jour, nous attendons toujours.

Dans cette situation que nous déplorons, et considérant que la situation nationale de notre pays est, de toute évidence, très préoccupante et qu’elle est très grave aux plans politique, économique, social et sécuritaire, nous nous sentons dans l’obligation, à travers cette lettre ouverte, de partager avec vous notre appréciation de l’état de la nation et surtout des suggestions pour contribuer au redressement de notre patrie bien aimée, le Burkina Faso, après sept mois d’observation de votre action à la tête de l’Etat.

Le constat est que les Burkinabè sont dans le doute et vivent dans la précarité croissante et dans l’anxiété. Les lendemains sont incertains pour tous les Burkinabè et le pays va mal.

L’espoir était grand, avec les élections couplées présidentielle et législatives du 29 novembre 2015, de voir le Burkina Faso se relancer sur la voie du développement économique et social et de la prospérité pour le bonheur de sa population.

Malheureusement, sept mois après votre installation au pouvoir avec votre équipe, tous les signaux sont au rouge vif, et l’économie reste désespérément plombée. La situation aurait été moins inquiétante si une dynamique d’inversion était perceptible. Ce n’est certainement  pas le cas pour le moment, et le pays s’enfonce dans la précarité.

Aux hésitations, tâtonnements et tergiversations qui caractérisent le style de gouvernance de votre équipe et de vous même, s’ajoute de l’avis de beaucoup de Burkinabè,  une poisse jamais égalée, qui s’abat presqu’au quotidien sur notre pays.

Gardant à l’esprit qu’à chaque moment difficile de notre histoire, les Burkinabè ont toujours su prendre leur destin en main, d’une part, et considérant que le Burkina Faso et ses problèmes nous concernent tous, et que la construction de notre cher et beau pays relève des efforts et de la contribution de tous ses fils et filles, d’autre part, nous nous autorisons à vous porter trois suggestions :

  • Organiser, sans délai, une concertation et un dialogue totalement inclusif avec les acteurs clés de la vie politique, économique et sociale de notre pays, et prioritairement tenir un dialogue avec la classe politique en impliquant toutes ses composantes ;
  • Restaurer le socle de confiance indispensable à l’intérieur du Burkina Faso, et entre notre pays et ses partenaires et amis de l’extérieur pour donner une chance à la relance de l’économie ;
  • Œuvrer pour une véritable réconciliation nationale à même de renforcer l’unité nationale et la cohésion sociale, et une justice équitable et transparente pour tous;

Nous vous exhortons et vous encourageons à rassembler tous les Burkinabè autour de vous sans aucune considération partisane, mais en tenant strictement compte de l’intérêt supérieur de la Nation au regard de la gravité des moments que traverse notre pays.

Plus le temps passe, et votre échec n’est plus la chronique que vous avez annoncée dans le Journal « Le Monde » du 7 avril 2016, et votre funeste prédiction se confirme jour après jour. La vie au Burkina Faso devient « mouta-mouta ». La « rochosité », ou tout simplement, la morosité qui caractérise votre gouvernance, s’installe, et les aspirations exprimées par les populations lors de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, attendent indéfiniment des  réponses concrètes.

Vous l’aurez compris vous-même, l’insurrection est ainsi confisquée et, en lieu et place de la rupture et du changement demandés, vous et votre équipe servent au peuple burkinabè le remplacement, si bien que nous vivons une continuité, mais en pire, des méthodes et pratiques de la gouvernance du régime Blaise COMPAORE, dont vous et les vôtres avez été les vrais et solides  piliers.

Avec le recul, le peuple Burkinabè comprend aujourd’hui le bien fondé du recours que nous avions présenté contre votre candidature à l’élection du Président du Faso du 29 novembre 2015, sur la base des dispositions pertinentes du Code électoral en vigueur. En posant cet acte, nous avions voulu éviter à notre pays et à sa population de vivre ce que nous vivons depuis que vous êtes installé à Kosyam, à savoir, faire en moins bien, du Blaise Compaoré sans Blaise Compaoré. Ainsi, avons-nous été sévèrement punis d’avoir eu raison trop tôt, et encore une fois,  l’histoire est en train de rattraper les hommes.

Le Burkina Faso a besoin de tous ses enfants et le contexte actuel exige plus que jamais, que l‘on mette l’homme ou la femme qu’il faut à la place qu’il faut, au moment qu’il faut. C’est ensemble que nous pourrons faire du Burkina Faso un havre de paix, de stabilité, de sécurité et de bonheur où l’autorité de l’Etat sera restaurée, l’incivisme et les comportements anarchiques seront éradiqués, et le mieux vivre ensemble redeviendra notre culture.

Comme nous le disons toujours, Dieu aime le Burkina Faso, et il appartient aux Burkinabè de s’aimer les uns les autres et de se donner la main pour qu’ensemble, nous gouvernions autrement notre chère patrie afin de la redresser, et ainsi répondre aux aspirations des populations insurgées des 30 et 31 octobre 2014.

Ce que nous vivons actuellement s’inscrit bien dans ce que nos ancêtres nous ont toujours enseigné : « Zamb Noag Guèl Paa Wéked Yé » et qui donne en français « La tricherie ne produit jamais de fruits ».

Nous vous prions d’agréer, Excellence Monsieur le Président du Faso, l’assurance de notre très haute et respectueuse considération.

« Rien n’arrête une idée arrivée à son heure ».

Le Président

Dr Ablassé OUEDRAOGO

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *