Paul Kaba Thiéba à Yamoussoukro: “Le TAC est d’abord une réunion de retrouvailles entre deux pays”

501 0

Le premier ministre du Faso, Paul Kaba Thiéba, est effectivement arrivé ce mercredi 27 juillet 2016 à Yamoussoukro, la capitale administrative et politique ivoirienne peu avant 17h. A sa descente d’avion l’attendait son homologue de la Côte d’Ivoire, Daniel Duncan Kablan, quelques uns de ses ministres et les autorités diplomatiques et consulaires du Burkina en Côte d’Ivoire. S’en est suivi un tête-à-tête au salon d’honneur de l’aéroport international de la ville natale du Président Félix Houphouet-Boigny.

Avant de prendre la direction de l’hôtel  où l’attendaient les experts burkinabè qui l’ont précédé en terre ivoirienne, Paul Kaba Thiéba, accompagné d’une forte délégation gouvernementale, a confié à la presse présente à l’aéroport pour couvrir l’événement ses meilleurs sentiments en arrivant à Yamoussoukro. 

“C’est un sentiment de fraternité, un sentiment d’amitié qui m’anime quand je retrouve des frères. C’est ce que je ressens vraiment en venant ici à Yamoussoukro pour assister à cette réunion du Traité d’amitié entre la Côte d’ivoire et le Burkina. Quand je suis arrivé sur le tarmac de l’aéroport, je n’ai pas été surpris par la chaleur de l’accueil qu’on m’a réservé”, a-t-il exprimé.

Le chef du gouvernement burkinabè s’est réjouit de la qualité des relations entre la Côte d’Ivoire et le Burkina. “Ce sont des liens qui tirent leurs sources dans l’histoire et la géographie et qui nous obligent à vivre ensemble et à créer les conditions de la paix et de la prospérité pour nos deux peuples”, a-t-il indiqué.

Annonçant les couleurs du sommet, Paul Kaba Thiéba a expliqué que “le TAC n’est pas qu’un instrument de coopération  original dans toute l’Afrique. C’est une réunion d’abord de retrouvailles entre deux gouvernements, deux chefs d’Etat,  entre deux pays. C’est cela le plus important. Il y a des dossiers techniques que nous allons examiner avec le Premier ministre, ensuite les soumettre aux deux chefs d’Etat”, a-t-il conclu.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *