Bomborokouy : Le Centre médical privé d’électricité

239 0

Depuis environ deux semaines, le Centre médical (CM) de Bomborokuy dans la Boucle du Mouhoun est privé d’électricité. Le service sanitaire doit environ 6 millions de F CFA à la SONABEL.

Tout est parti d’un message adressé à Burkina24, le mercredi 28 juillet 2016, par un patient du CM de Bomborokuy. Il informe qu’il était à plus de 60 km de la commune, à la recherche d’un laboratoire médical, parce que celui du CM de Bomborokuy n’était pas disponible. Pourquoi ? Voici ses raisons :

« J’ai trouvé une infirmière et me suis renseigné sur les examens que je souhaitais faire. Elle m’a fait savoir qu’il n’y a plus d’électricité. La SONABEL a coupé le courant parce que les factures n’ont pas été payées au moins pendant 15 mois. On ne sait pas au juste qui doit payer le courant».

Environ 6 millions de F CFA d’impayées

Le directeur régional de la santé de la région de la Boucle du Mouhoun, Dr Robert Karama, joint au téléphone par Burkina24 le mercredi 28 juillet, confirme.  «Depuis à peu près  deux semaines, l’électricité a été coupée au centre médical », a-t-il déclaré.  Il confirme également que cette situation est due à un défaut de paiement des factures d’électricité, et ce, depuis pratiquement l’inauguration du CM  en avril 2015, grâce à un don de la Loterie nationale du Burkina (LONAB).

C’est le maire de la commune de Bomborokuy, Jean-Baptiste Traoré, installé dans ses fonctions il y a un mois, qui donne les détails.  Le montant des factures impayées est d’à peu près 6,5 millions de F CFA, explique-t-il.  Conséquence, le centre médical est plongé dans le noir et des services sont non fonctionnels, dont notamment le laboratoire. Ce qui a conduit l’informateur de Burkina24 à aller faire ses examens médicaux à plusieurs kilomètres de sa localité.

« Je viens d’être installé depuis un mois et je viens de recevoir les factures. (…) Le laboratoire ne marche pas, les domiciles du personnel n’ont pas la lumière, des chambres de malades ne sont pas éclairées. Nous sommes carrément dans l’obscurité totale. Ce sont quelques chambres seulement que les plaques solaires arrivent à alimenter », explique le maire.

Difficile décentralisation du payement des factures

Jean-Baptiste Traoré est d’autant mieux placé puisqu’il a été gérant de la pharmacie du centre médical. Mais comment cette situation a pu arriver ? Selon les explications des différents interlocuteurs, c’est la « paternité » de la gestion des factures d’électricité du CM qui pose problème.

« Techniquement, c’est la commune de Bomborokuy qui doit gérer les factures », affirme le directeur régional de la santé du Centre Dr Robert Karama. Et ce transfert de compétences est acté depuis l’inauguration du Centre médical.

Toutefois, le nouveau maire de Bomborokuy dit éprouver des difficultés à trouver une ligne budgétaire dédiée à cette charge. Voici ses explications :

 «On avait envoyé un écrit au ministère qui a dit avoir fait un transfert de compétences et donc la mairie devrait pouvoir payer le montant de la facture au niveau de la SONABEL. Alors quand je suis arrivé, j’ai été découvrir à la mairie au niveau du transfert de fonds et j’ai vu qu’il n’y a pas une partie qui prend en charge la facture de la SONABEL au niveau de la commune (…). J’étais à Dédougou et au gouvernorat.

On m’a dit que par rapport au transfert des compétences, il n’y a pas une partie qui dit que c’est la mairie qui doit payer donc par conséquent, de voir le Médecin Chef du District (MCD) qui adresse une note au ministère de la santé qui va transmettre leur écrit aussi au ministère de l’énergie pour dire que la commune de Bomborokuy n’a pas une prise en charge par rapport à l’électricité du CM ».

Et même si les traces de cette charge étaient trouvée, l’édile de la commune assure que la collectivité n’a pas assez de ressources pour honorer les factures présentées par la SONABEL.

La commune ne pourra pas payer

 « On n’a même pas les 7 millions de F CFA pour subvenir au besoin de la facture de la SONABEL (…). On n’a pas la capacité de subvenir aux factures du CM. Si on s’engage, il y aura un déficit au niveau du fonctionnement de la commune  », explique-t-il.

Telle est donc la situation du CM de Bomborokuy. Mais des solutions seraient déjà envisagées. Aux dernières nouvelles et selon le service de communication du ministère de la santé, pour ce cas précis de Bomborokuy, le ministère prendra en charge “exceptionnellement” les frais impayés à la SONABEL.

Voir aussi sur la page Facebook

Burkina24

« Il y a des mesures qui seront prises d’ici là au regard de la situation. Comme la commune n’arrive pas à gérer,  le ministère de la santé est en train de voir ce qui peut être fait », confirme le directeur régional de santé, Dr Robert Karama.

La  mairie de son côté dit entreprendre des démarches pour résoudre le problème. « Ensemble nous voyons comment nous allons faire pour apporter le courant au CM, explique Jean-Baptiste Traoré. J’ai fait un écrit au haut-commissaire, au gouvernorat et au ministère pour dire que la commune est en faillite. Ma note au gouvernorat était aussi dans le sens qu’il puisse nous trouver des partenariats, sinon la commune ne peut pas supporter ce coût ».

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre