Burkina : Le Syndicat des journalistes envisage « une série d’actions » pour la satisfaction de sa plateforme

521 0

Le Syndicat autonome des travailleurs de l’information et de la culture (SYNATIC) a décidé d’entreprendre, « dans les semaines à venir,  une série d’actions pour exiger la satisfaction de ses préoccupations ».  C’est l’information essentielle qui est ressortie de l’assemblée générale qu’elle a organisée ce jeudi 28 juillet 2016 à la bourse de travail de Ouagadougou.

Les travailleurs de l’information et de la culture sont déterminés à se faire entendre prochainement par des actions fortes.

Réunis ce jeudi 28 juillet 2016 pour une assemblée générale, organisée par le SYNATIC, ils ont défini la feuille de route qu’ils mettront en œuvre afin d’exhorter le gouvernement à satisfaire leurs revendications.

Le ton sera donné la semaine à venir par une conférence de presse qui situera sur les actions à mener, explique le secrétaire général du SYNATIC, Siriki Dramé.

Parmi ces actions poursuit-il, il est prévu, si nécessaire, un sit-in, une grève et autres activités dont il dit se garder de dévoiler.

Pour le secrétaire général du SYNATIC, il est inacceptable que les hommes de médias  « soient les parents pauvres après l’insurrection » car, dit-il, « ils ont été les pionniers de l’insurrection populaire » et grâce à qui également « le pouvoir actuel est là ».

Sur ce, il dit exiger du gouvernement « des solutions concrètes » afin de permettre à ces derniers « de traiter l’information sans avoir à céder à la corruption ».

Les membres du bureau du SYNATIC lors de l'assemblée générale
Les membres du bureau du SYNATIC lors de l’assemblée générale

Cela passe, entre autres, par « l’élaboration d’un statut particulier pour les travailleurs, la reconstitution des carrières des agents, le rétablissement des rémunérations injustement coupées ».

Il faudrait tout aussi  « un arrêt des intimidations et des pressions de tout genre  sur les journalistes dans le traitement de l’information dans le strict respect de l’éthique et de la déontologie », a relevé dans sa déclaration le secrétaire adjoint du SYNATIC, Aboubacar Sanfo.

Sur la question de ‘’société d’Etat’’

Se prononçant sur la décision du gouvernement qui envisage l’érection des médias publics en sociétés d’Etat, Siriki Dramé a indiqué que « la dénomination importe peu ». Le plus important, a-t-il affirmé, c’est que « les conditions de vie des travailleurs soient améliorées ».

Des reproches au SYNATIC !

Au cours des échanges, lors de l’assemblée générale, les participants ont relevé des imperfections dans l’action du bureau syndical. Si pour certains, il a brillé, depuis 2013, par son silence et son laxisme, laissant ainsi échapper plusieurs occasions de luttes fructueuses, pour d’autres, le peu d’actions menées jusque-là, le rend « moins inquiétant »  aux yeux du gouvernement.

Une attitude que les membres du bureau ont promis corriger tout en les invitant à être « chacun un vecteur d’information pour une mobilisation conséquente » en vue de la réussite des futures actions à entreprendre.

Mamady Zango

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *