Paul Kaba Thiéba aux Burkinabè : « Il faut oser changer »

256 0

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, était face aux journalistes, ce jeudi 4 août 2016 à Ouagadougou. C’était à l’occasion du 9e point de presse du gouvernement. Le Chef du gouvernement burkinabè était accompagné du ministre de la communication, Porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou. Au cœur des échanges, le Plan national de développement économique et social (PNDES), la 2e loi de finances rectificative de la loi de finances pour l’exécution du Budget de l’Etat-Gestion 2016 et la loi de facilitation de la passation des marchés publics au Burkina.

C’est la 2e fois que le Premier ministre anime un point de presse et la première fois qu’il est le principal invité du traditionnel point de presse du gouvernement.

Le 5 août 2016, le Burkina Faso célèbre ses 56 ans de souveraineté nationale. A l’entame de son propos ce 4 août 2016 face à la presse, le Premier ministre a tenu à présenter ses « félicitations à tous les Burkinabè » à l’occasion de cet anniversaire. « Ce 56e anniversaire revêt une importance particulière car il intervient à la suite d’une période mouvementée de notre histoire », dit-il.

Lire aussi

[VIDEO] – Paul Kaba Thiéba : « J’ai un terrain ici »

Burkina24

La rencontre avec la presse a permis à Paul Kaba Thiéba de revenir sur le nouveau référentiel de politique économique, le PNDES 2016-2020, adopté récemment par le gouvernement ainsi que trois importants projets de lois adoptés par l’Assemblée nationale dont le Document de programmation pluriannuelle 2017-2019, la 2e loi de finances rectificative de la loi de finances pour l’exécution du Budget de l’Etat-Gestion 2016 et la loi sur l’allègement des procédures de passation des marchés publics. Tous ces textes, selon lui, ont pour objet d’impulser une nouvelle dynamique à l’économie nationale conformément au programme du gouvernement.

« Le PNDES est fondé sur le modèle de transformation structurelle de l’économie burkinabè », explique-t-il. A l’écouter, cette transformation structurelle passe par trois conditions qui constituent les trois axes stratégiques du PNDES : Réformer les institutions et moderniser les institutions, Développer le capital humain et Dynamiser les secteurs porteurs en vue de créer des emplois décents.

Pour ce qui est du coût global de financement du PNDES, le Premier ministre indique qu’il s’élève à plus de 15.395 milliards de FCFA, soit un coût annuel moyen de 3.079,1 milliards de FCFA. En termes de modalités de financement, il a noté que le gouvernement donne la primauté aux ressources propres (63,8% soit 9.825,2 milliards de FCFA). Le besoin de financement est donc de 5.570,2 milliards de FCFA, soit 36% du coût total du PNDES.

Paul Kaba Thiéba a par ailleurs annoncé l’organisation d’une table ronde des partenaires techniques et financiers avant fin 2016 à Paris (en France) « en vue de mobiliser les capitaux aux conditions les plus favorables et des financements innovants notamment sous forme de PPP ».

Concernant la 2e loi de finances rectificative, le gouvernement a pris des mesures portant notamment sur l’institution d’une retenue à la source sur les gains des paris et autres jeux de hasard (cartes à gratter, machines à sous, etc.) pour lesquels la retenue ne s’appliquera que lorsque le gain sera supérieur ou égal à 100.000 FCFA.

Il y a aussi l’institution d’une taxe à l’importation sur les véhicules de tourisme dont la puissance est égale ou supérieure à 13 chevaux. Le PM précise que la taxe s’appliquera à l’importation des véhicules conçus pour transporter des personnes, à l’exclusion des véhicules destinés au transport public de voyageurs. Ces deux mesures pourraient rapporter plus de 2 milliards par an au Budget de l’Etat.

Lire aussi

[VIDEO] – Affaire 25 millions perdus à Taïwan : Le Premier ministre s’explique

Burkina24

Il y a également l’institution d’une contribution foncière sur les propriétés bâties et non-bâties (habitations secondaires) qui pourraient rapporter plus d’un milliard par an et l’augmentation du taux de la taxe sur les boissons qui consiste en un relèvement de 5 points (25% à 30%) du taux de la taxe sur les boissons applicable à la bière. Cette dernière mesure, selon le Premier ministre, est conforme aux directives de l’UEMOA et de la CEDEAO et devrait permettre d’engranger 3 milliards de FCFA par an.

Le dernier point concerne la loi de facilitation de la passation des marchés publics. « Contrairement à l’opinion développée dans certains milieux, ces mesures ne consacrent en rien le recours à l’entente directe ou au gré à gré », a dit Paul Kaba Thiéba. « Il ne faut pas que les Burkinabè aient peur du changement. Il faut oser changer. Mais il faudrait seulement savoir où nous allons », foi du PM.

Les principales innovations de cette loi sont entre autres l’allègement du contrôle à travers la suppression du double niveau de contrôle en ce qui concerne la passation des commandes publiques financées sur ressources extérieures, le relèvement des seuils de passation de 0 à moins de 10 millions de FCFA au lieu de 5 millions de F CFA  pour la demande de cotation, de 10 à moins de 100 millions pour la demande de prix et de 100 millions de F CFA comme seuil requis pour les appels d’offres.

Le seuil d’approbation des travaux des Commissions d’attribution des marchés par le Conseil des ministres est ramené à 3 milliards au lieu de 1 milliard. Les délais de mise en concurrence des soumissionnaires sont réduits de 7 à 15 jours pour les appels d’offres et les conditions d’approbation des contrats seront assouplies.

Il faut noter qu’au plus tard à la fin de la 1re session ordinaire de l’année 2017, le gouvernement est tenu de rendre compte à l’Assemblée nationale de l’exécution des différents projets et programmes concernés.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre

COMMUNIQUE RGPH

Posté par - 10 décembre 2019 0
Le dénombrement de la population dans le cadre du cinquième Recensement général de la population et de l’habitation (5e RGPH)…