« La CENI est une institution très respectée aux USA » (Tulinabo Mushingi)

500 0

Tulinabo Mushingi,  a rendu une visite de courtoisie l’après-midi du lundi 8 août 2016 à Newton Ahmed Barry et son équipe de la Commission nationale électorale indépendante (CENI), « une institution très respectée aux Etats-Unis, au niveau mondial ».

Au menu des échanges, il a été question des avancées qui ont été observées à la CENI ces dernières années, mais aussi des priorités de la nouvelle équipe, qui envisage « parfaire » le travail abattu par celle qui l’a précédée.

A sa sortie d’audience, l’ambassadeur américain a confié être venu pour savoir quelles sont les priorités de la nouvelle équipe pour conduire cette machine qui s’appelle la CENI. Il s’agissait avant tout selon Tulinabo Mushingi de mettre des visages sur les noms. Et pas seulement. Foi de l’ambassadeur américain, « la CENI, comme institution, c’est une institution très respectée aux Etats-Unis, au niveau mondial ».

Les Burkinabè, soutient le diplomate, ont pu voir ce que la CENI a pu faire. Compte tenu de la réputation dont jouit l’institution dans son pays et « bien sûr » en tant que partenaires, promet-il, « nous allons continuer à accompagner la CENI ».

Question de veiller à ce que les priorités puissent aller ensemble, Tulinabo Mushingi a déclaré qu’il va de soi, dit-il, que la question se pose à savoir quelles sont les priorités de l’institution.

Mais, précise-t-il, « c’est la CENI qui va prendre les devants, nous dicter les priorités ». C’est alors que son pays verra comment ces priorités entrent dans leur programme afin d’apporter sa part contributive.

Le président Newton Ahmed Barry s’est dit « honoré » que l’ambassadeur se soit déplacé  pour rendre visite à son équipe. « C’est la première visite officielle que nous recevons à ce niveau de représentation », souligne-t-il.

Selon le Président de la CENI, cela marque la continuité de ce partenaire à le suivre dans un processus dans lequel, ils sont véritablement leader, notamment la question de la sécurisation des résultats, de leur transport et de leur centralisation.

« Ils ont joué un rôle extrêmement important dans les élections passées (présidentielles) qui nous ont permis de proclamer les résultats à Jour J + 1 », rappelle Newton Ahmed Barry. Le Président de la CENI envisage aller « plus », car dit-il, « plus on dure avec les résultats, plus les problèmes commencent ». Et Newton Ahmed  Barry dit compter sur les USA pour « parfaire ce que nous avons déjà ».

Au nombre des priorités, annonce le président de la CENI, il y a la reprise des municipales, les conditions de l’opérationnalisation du vote des Burkinabè de l’étranger et enfin la question « fondamentale » qu’est la maitrise des coûts.

Oui Koueta

Burkina24



Oui Koueta

'The vitality of a country can also be measured through that of its journalists'

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *